vendredi 9 mai 2014

Burn out

Témoignage de Carole, auxiliaire de vie (avec son aimable autorisation)

Bonjour à toutes et à tous, je voudrais vous faire part de ma situation car je pense que ça peut aussi vous arriver et je ne la souhaite à personne...
Je vais essayer de faire court mais n'hésitez pas à me poser des questions si besoin...
Voilà, je suis auxiliaire de vie depuis 13 ans, j'ai commencé à la fin de ma scolarisation. C'est un beau métier, je me suis donnée à fond de chez à fond pendant toutes ces années, entre-temps j'ai eu deux enfants, donc beaucoup de boulot. Je prenais sur moi sur mes longues journées car il faut énormément de patience avec les personnes et sans me vanter j'assurais grave, que ce soit auprès du bureau pour être autant présente que possible qu'auprès des personnes aidées. Quand je rentrais chez moi j'étais lessivée et il fallait assumer la fin de journée auprès de ma famille mais j'étais tendue.
Jusqu'au 1er décembre où j ai commencé à faire des crises de tétanie... mon corps m'a dit stop... Je suis en plein BURN OUT...
Étant en arrêt j'ai donc pris du recul et je fais souvent des cauchemars sur mes bénéficiaires (je les agresse, les mords à la gorge (mdr) etc...). Je ressens tout le stress que j'avais quand j'étais auprès d'eux multiplié par deux... Quand je croise n'importe quelle personne dans la rue je  me crispe. Je ne me sens plus capable d'assurer mon poste. Je pense m'être trop investie dans mon boulot sans prendre assez de recul et arrive à saturation. Je suis encore sous anxiolytiques et antidépresseurs.
Il faut apprendre à se préserver et ne pas dire OUI à tout . SVP faites attention à vous. Je pense que le métier est a revoir, quand il y a des renouvellements d'heures, les assistantes sociales feraient mieux de demander votre avis avant d'aller chez les personnes, c'est facile, elles disent qu'elles ne peuvent plus rien faire, en rajoutent et vous, vous trinquez derrière à vous taper du ménage à gogo!!! Vous n'êtes pas des BONNICHES vous êtes la pour faire du maintien à domicile... Il faut faire bouger tout ça !!!! Désolée pour la longueur du texte!!!!

samedi 3 mai 2014

Incompétente! (2)

J'ai été envoyée chez des personnes malades, alcooliques, démentes.
J'ai été envoyée chez des personnes diabétiques, cardiaques, cancéreuses.
J'ai été envoyée chez des personnes amputées, handicapées, endeuillées.
J'ai été envoyée chez toutes sortes de personnes, avec toutes sortes d'histoires, sans presque rien savoir d'elles.
Que savais-je des pathologies de la vieillesse, de l'alcoolisme, de la démence?
Que connaissais-je du diabète, des cardiopathies, des cancers?
Qu'avais-je appris sur les personnes amputées, le handicap, le deuil?
Rien. Je ne savais rien, ou presque. Je ne connaissais que ce que j'avais vécu, de près ou de loin, à travers l'histoire de mes parents, ou la mienne, ou ma maigre expérience professionnelle.
Je suis allée chez toutes ces personnes, j'ai travaillé chez elles. J'ai fait à manger à des diabétiques, je suis allée marcher avec des cardiaques, j'ai parlé avec des déments.
Madame Grandchef leur a dit que toutes les auxiliaires étaient diplômées et expérimentées... sans leur préciser de quel diplôme et quelle expérience elle parlait. Toutes ces personnes m'ont plus ou moins fait confiance, elles m'ont confié leurs menus, leur intérieur, leur personne. J'ai fait des repas, des courses, des promenades, du ménage, des toilettes, chez des personnes dont l'histoire de vie se résumait parfois à deux lignes sur une fiche de liaison. Secret médical oblige, je ne savais (presque) rien d'elles. Le strict nécessaire : nom, prénom, adresse, mission. À la limite, la pathologie principale (Alzheimer, diabète...) et le nom du médecin traitant, et encore, pas toujours. Je glanais quelques infos à droite à gauche, auprès des collègues, de la famille, des infirmières libérales, mais ça restait de l'anecdotique, de l'ordre de la débrouille. Et puis, faut avouer que le projet de vie, la globalité de la personne aidée, tout ça, c'est pas franchement ouvert aux auxis hein! Une nana qui prépare la soupe et refait le lit a-t-elle vraiment besoin de savoir autant de choses?
Eh bien figurez-vous que oui! J'aurais aimé savoir ce qu'il fallait faire à manger pour Fernand, diabétique insulinodépendant. J'aurais aimé savoir communiquer avec Marie-Hélène, qui souffrait de la maladie d'Alzheimer depuis une dizaine d'années. J'aurais aimé aider Raymond, amputé d'une jambe, à se remonter dans son lit. J'aurais aimé connaître la bonne attitude à avoir avec Jean, endeuillé depuis peu, quand il me parlait de son épouse. J'aurais aimé pouvoir déceler les signes de souffrance chez Suzanne, qui souffrait d'une insuffisance cardiaque. Mais je ne savais pas, et j'ai sans doute fait et dit un paquet de conneries!
Vieillir chez soi, c'est bien. Vieillir chez soi avec un médecin traitant qui vous connaît bien et des infirmières qui prennent soin de vous, c'est encore mieux. Vieillir chez soi avec une auxiliaire de vie qui ne va pas vous envoyer au cimetière plus tôt que prévu parce qu'elle n'est ni formée ni informée... c'est la moindre des choses non?