mardi 29 avril 2014

Deuil (2)

Un an.
L'an dernier, à la même date, nous étions en Alsace. Une jolie virée en famille, avec de belles rencontres. Une petite pause, entre nous, loin de tout, pour se remettre d'une année difficile. Une petite pause qui a tourné court, un lundi matin, après un coup de téléphone affolé de belle-maman. Un retour en catastrophe, en pleurs et en silence. Le retour à la vie normale, la vie pourrie, celle qui nous rend orphelins. Retour au deuil et à la tristesse. Qu'est-ce qu'on croyait? Qu'on pourrait y échapper en partant loin?
Un an plus tard. Il s'est passé tellement de choses depuis. Il y a eu d'autres deuils. Saleté de vieillesse, saleté de cancer! Il y a eu des épreuves. Des brouilles familiales et des silences aussi assourdissants que des cris. Il y a eu de la solitude, des doutes et des pleurs.
Mais il y a eu de la joie aussi, des amis, des bonnes nouvelles. De nouvelles rencontres, de nouveaux projets.
Il y a la vie qui continue. Il y a ceux que l'on laisse derrière nous et que l'on n'oublie pas. Il y a leurs sourires et nos souvenirs. Il y a ce bonheur qu'on espère, un jour, pour nous, pour nos enfants. Il y a ces quelques mots, ici et .
Mes parents me manquent. Mon beau-père me manque. Ils me manquent tous les jours.
Un an, deux ans, quinze ans... qu'importe... C'est comme s'ils étaient morts hier. Je regarde les enfants qu'ils ne verront pas grandir, je pense aux projets qu'ils n'auront jamais connus... On avance, sans eux, mais avec ce qu'ils nous ont transmis, leurs valeurs, leur bienveillance... leur amour, tout simplement. On avance en pensant à eux, un peu comme s'ils étaient encore à nos côtés, une présence discrète et silencieuse. Avec leurs sourires et nos souvenirs, leur passé et notre avenir.

vendredi 11 avril 2014

Des gens

Il y a quelques semaines j'écrivais ça, et ça.
C'était dur. Je craquais complètement et j'étais à deux doigts de tout envoyer valser. L'école, les cours, les stages, les gosses, les factures, la famille... Un ras-le-bol de tout et de tout le monde. Un gros coup de mou et un moral au fond des sabots.
Et puis, en réponse, il y a eu ce blog. Stupeur et émerveillement.

Y a des gens, quand même, ils sont vraiment super chouettes.
Des gens que je connais un peu, ou à peine, voire pas du tout, et qui m'aident, comme ça, spontanément.
Des gens qui m'écrivent des choses d'une gentillesse inouïe, qui m'encouragent , qui me tendent la main.
Des gens qui me poussent à continuer.
Des gens qui me font réfléchir.
Des gens qui font preuve de bienveillance envers une stagiaire aide-soignante.
Des gens qui font confiance à une inconnue qui blogue.
Des gens que je rencontre parfois, quand ils passent en Bretagne.
Des gens que je découvre, au hasard d'un mail, d'un tweet, d'un blog.

Qui a dit qu'internet allait tuer la communication?

Le moral, ça va mieux. Le dernier stage, en EHPAD, a été un pur bonheur. Je sais qu'il existe des aides-soignants et des résidents heureux. L'Humanitude existe, elle habite à côté de chez moi. Moral regonflé à bloc. Et cerveau en ébullition. Car plus j'avance, plus je regarde en avant... et en arrière. Je me souviens de mes années, pas si lointaines, d'auxiliaire de vie à Morteville. Je pense à Madame Grandchef et à mes collègues. Je revois la maison de Madame LDV et le sourire de Madame M.
Le travail. La grossesse. La fin du travail. Mon père. Georges. La mort de mon père. Mon beau-père. La formation.
Que de chemin parcouru! Des histoires, des émotions, des rencontres. Des gens.

Je continue. J'avance droit vers mon diplôme, droit vers ce que je veux faire. Aide-soignante. Aide-soignante bientraitante et militante. Aide-soignante reconnaissante aussi. Parce que sans vous je n'y arriverais peut-être pas. Parce que j'aurais peut-être tout arrêté après le fucking stage. Ou avant. Parce que vos petits gestes et vos petits mots nourrissent les coeurs et les ventres (oui, je peux être poétique ET prosaïque dans la même phrase).

Parce que merci, tout simplement.