dimanche 26 octobre 2014

La vie rêvée de l'aide à domicile

On leur a dit que c'était le plein emploi.
On leur a dit qu'elles pourraient choisir leurs horaires.
On leur a dit qu'avec le diplôme elles auraient un salaire correct et une reconnaissance sociale.
Alors elles se sont engouffrées dans cette voie, les yeux fermés et le coeur vaillant.
Certaines sont retournées sur les bancs de l'école.
Elles ont passé le DEAVS (Diplôme d'État d'Auxiliaire de Vie Sociale).
D'autres ont été embauchées sans diplôme, sur la seule base de leur bonne volonté. Mais on leur a promis qu'on leur ferait faire une formation en cours d'emploi.
Elles ont découvert le monde merveilleux de l'aide à domicile.
Désenchantement.
Les situations racontées ici sont issues de divers forums de discussions consacrés aux auxiliaires de vie. Les noms et les détails des situations ont été changés pour préserver l'anonymat de celles qui témoignent.

Hier j'ai eu un accident de voiture. Je me retrouve sans véhicule et mon contrat se termine demain. Je devais être renouvelée, mais sans véhicule c'est impossible.


Le fils d'une personne chez qui je dois intervenir ce soir à 19h me reproche d'être en arrêt maladie. À l'entendre il ne peut pas compter sur moi et ne comprend pas pourquoi je suis en arrêt aujourd'hui alors que je n'avais pas l'air malade hier. Il m'a demandé d'en savoir plus sur mon arrêt.


J'ai refusé une intervention de 30mn tous les soirs à 40 km de chez moi et jai eu un avertissement.



Marre qu'ils me rajoutent des heures sur mes repos. Même pas un appel, juste un planning reçu sur mes mails en me rajoutant deux missions demain alors que je n'ai plus de voiture actuellement. Je pète les plombs.



J'ai réussi l'écrit et l'oral pour le DEAVS et on me dit qu'on ne peut plus me financer la formation. C'était vraiment mon projet, je me sens mal.



Je suis aide à domicile. Mes employeurs me demandent de signer un autre contrat qui ferait passer les indemnités kilométriques de 0.45€ à 0.15€. Les autres filles ont signé mais j'hésite.



D'habitude je suis en repos le jeudi mais cette semaine on m'a envoyée en formation jeudi donc m'ont on  m'a mis en repos lundi dernier à la place. Je travaille ce week-end et mon prochain repos est jeudi prochain donc ça me fait neuf jours de travail à la suite.



Intervenir chez une personne dont les seules informations transmises sont l'adresse, la pathologie (hémiplégie) et, je cite, "est très exigeante". Il s'avère que la personne est également aphasique. Je me suis sentie bien démunie face à cette dame que je suis censée aider et soulager alors que l'intervention n'a été que source de stress et de frustration pour toutes les deux.

Comment faites-vous pour gérer une personne atteinte d'Alzheimer? J'ai beaucoup de mal, elle est très agressive avec moi. Hier quand je suis partie de chez elle j'en avais mal au ventre tellement j'en avais pris pour mon grade, du style que je suis là pour nettoyer sa merde et que je suis payée pour ça. J'ai essayé d'en discuter avec ma responsable mais elle me dit que c'est la maladie qui veut ça.


Une de mes collègues a refusé une intervention ce week-end car elle n'avait pas les moyens de faire garder son fils. Pas assez d'heures mensuelles, pas de compagnon, seule pour élever son enfant. Elle a le statut d'aide à domicile et on lui demande de travailler le soir pour repas et mise au lit.

Je viens d'appeler mon chef de secteur pour déplacer un rendez-vous pour la préparation de mon prochain oral pour passer la VAE du DEAVS et il me répond que si c'est accordé ils me prennent un congé payé.

Ils ont LE DROIT , ou devrais-je dire TOUS les DROITS. La journée de congé payé ils la prennent alors que vous êtes en formation oui oui ils ont le DROIT. Je craque, je craque et je les HAIS!



Je suis auxiliaire de vie à temps plein dans une association. Arrivant en fin d'année, nous avons passé une année avec des plannings surchargés. J'ai plus de 200 heures supplémentaires. Ils nous disent qu'au bout de deux refus d'interventions nous aurons un blâme et au bout de trois blâmes une mise à pied.


Je suis en congés du lundi 22 au dimanche 28 (congés acceptés par ma responsable). Or, en recevant mon planning des interventions des week-end, je constate que je dois travailler le dimanche 28.



Je suis embauchée depuis mai en CDI, ils m'ont fait plein de promesses. Au début, j'ai remplacé les absentes et j'ai fait beaucoup d'heures (au moins 50h/semaine). À présent je fais peu d'heures car les absentes sont revenues, elles ont repris « leurs » bénéficiaires. Ils embauchent des nouvelles au lieu de me rajouter des heures, je ne comprends pas leur façon de faire. Je ne fais que du ménage et je remplace souvent quand il n'y a personne d'autre. Je suis démotivée, d'autant plus que je suis la seule à avoir le DEAVS, et en plus payée au SMIC. Sur ma fiche de paye, la qualification, le coef, néant, il y a juste marqué assistante.



Je suis aide à domicile. Nous devrions avoir 11h/an de temps de soutien. À ce jour j'ai eu deux réunions d'une heure, que je ne nommerai pas de temps de soutien car concrètement il s'agit plutôt de rappels à l'ordre de la direction. En même temps il y a des choses que j'aimerais exprimer et que je garde sur le cœur car je ne me sens pas d'en parler pendant ces réunions.



Je suis aide à domicile, je dois me rendre chez un client mais pour cela il faut que je passe avant au bureau chercher les clés. Après la prestation je dois retourner au bureau rendre les clés avant de me rendre chez le client suivant. Ce n'est pas compté en temps de travail effectif et les kilomètres ne sont pas indemnisés.



Chez nous la remise des plannings et le temps pour les transmissions d'informations ne sont pas comptés.



La dame chez qui j'interviens me fait sans cesse des reproches et ne me dit même pas bonjour quand j'arrive. Elle est tout le temps derrière moi à se plaindre et à me dire que je ne sais pas travailler. Elle me fait lessiver les murs, nettoyer la cuisinière, les faïences, la baignoire... « pour me faire chier » (ce sont ses mots). À force de me faire humilier et rabaisser j'en ai parlé à ma responsable car je refusais d'y retourner. Il y a eu confrontation, la bénéficiaire est allée jusu'à gifler ma responsable... mais je dois quand même y retourner. J'en suis malade.



J'ai eu un PV de 17€ pour stationnement car temps dépassé. C'était pendant une intervention à domicile. Nous n'avons pas de macaron et mon employeur refuse de m'indemniser.



Je suis en déficit d'heures depuis quatre mois et ma responsable de secteur me dit qu'ayant le diplôme je coûte plus cher. Les collègues n'ayant pas de diplôme coûtent moins cher et sont, elles, en excédent d'heures. Elle me met une certaine pression en me rappelant de rattraper cela, quitte à faire des heures et des kilomètres.


J'interviens chez une dame en GIR1. Les limites de mes compétences sont largement dépassées. J'ai fait une fiche de signalement mais mon asso ne veut pas que j'arrête le dossier car ça me ferait perdre des heures. Il n'y a pas de lit médicalisé et la personne est vraiment difficile à manipuler du fait de sa maladie. Il faudrait y aller à deux mais personne ne veut rien savoir, mon supérieur a menacé de me licencier si je continuais à me plaindre.



Mon employeur est décédé. Son frère, qui était son tuteur, ne m'a pas payée le dernier mois, ce qui représente 176 heures. De plus, il ne m'a pas remis le document de fin de contrat. Il me dit que le compte est bloqué et que c'est le notaire qui s'occupera de tout ça. Je n'ai plus de travail, rien pour le prouver, et pas de salaire. Que faire ?



Planning du lundi : 9h15 – 10h15 puis 12h30 – 13h15 puis 16h30 – 17h puis 20h – 20h30. 2H45 de payées et 3h de déplacements non indemnisées.



Ma responsable m'a appelée à 10h pour me donner une mission de 15h à 17h. N'ayant personne pour aller chercher mon fils à l'école, j'ai dû refuser. Elle me soutient qu'étant en dessous de mon quota d'heures pour le mois, si je refuse cette mission elle m'enlèvera deux heures sur mon salaire.



J'interviens 5 fois par semaine chez un monsieur qui s'alcoolise et qui a des gestes déplacés (tentatives d'attouchements). J'ai prévenu ma responsable mais celle-ci continue de m'envoyer chez lui car personne d'autre ne veut y aller. Je me sens mal, je ne peux plus rien avaler, j'ai mal au ventre. Je ne me sens ni écoutée ni soutenue.



Je travaille du 5 au 15 mars inclus, sans interruption, ce qui fait 55h de travail sans un jour de repos. Puis du 25 au 31, sans repos également. Ça me fatigue d'avance, je ne suis pas sûre de tenir.



Je suis AVS. Lors du transfert d'un patient mon dos s'est bloqué. Le médecin m'a prescrit un arrêt. Suite à cet accident j'ai demandé à mon employeur (le patient qui m'emploie en CESU) un lève-malade mais cela a été refusé. Je le soupçonne de vouloir me licencier car d'après lui je ne peux plus effectuer les tâches qui me sont demandées. En a-t-il le droit ?



Ça fait deux semaines que je bosse pour une association et je n'en peux plus. Je suis épuisée, lessivée. Je commence tous les jours à 8h pour finir à 20h avec un trou de 14h à 17h.

Je suis aide à domicile sans diplôme. J'interviens chez une personne pour une toilette complète au lit. Elle a fait un AVC et ne peut même pas tenir un gant. Je lui mets les médicaments au coin de la bouche pour qu'elle les avale. Que se passe-t-il en cas de problème?

J'ai obtenu le DEAVS grâce à une VAE que j'ai effectuée en dehors de mon temps de travail, avec financement personnel. Mon employeur refuse de changer ma fiche de poste car il m'a embauchée en tant qu'aide à domicile et non en tant qu'auxiliaire de vie. Huit ans d'ancienneté dans cette boîte.

Commencer à 7h et finir à 20h30. Je suis fatiguée.

D'après ma responsable de secteur il est tout à fait normal de ne pas avoir de repos quand on travaille le week-end, ce qui nous fait donc douze jours d'affilée. C'est normal?

J'ai un week-end de repos pour quatre semaines de travail, c'est normal?

Mon employeur ne me fournit pas de gants, ni pour le ménage ni pour les toilettes, et encore moins de solution hydro-alcoolique. J'achète tout moi-même.

Je n'ai mon planning que le jeudi ou le vendredi pour la semaine suivante, ça me pose souvent des problèmes d'organisation.

Je suis auxiliaire de vie. J'ai un contrat de 120h/mois mais mon patron veut le réduire. Comme j'ai refusé, il m'a quand même enlevé une trentaine d'heures et me fait faire le ménage dans les bureaux.

J'ai mon diplôme d'auxiliaire de vie mais suis payée en tant qu'aide ménagère.

Je suis aide à domicile non diplômée. J'interviens chez une dame handicapée très dépendante. Je prépare son pilulier, écrase les médicaments, les lui donne, la fais manger, lui fais sa toilette, l'habille, fais son ménage, son repassage... Si je compte les heures de présence effective et de présence responsable, ça me fait du 6€ de l'heure.

Dans mon association les nouvelles font deux jours de tournée avec une ancienne puis sont larguées sans fiche de poste. Elles ont juste une adresse et doivent se débrouiller avec. Elles sont jeunes, souvent débutantes, et sont stressées.

C'est en passant au bureau à midi que j'ai vu que mon planning avait changé. J'aurais dû me trouver chez une nouvelle bénéficiaire pour une aide au repas à 11h30, mais je n'étais pas prévenue. J'y suis allée en vitesse, je n'ai pas eu de pause-repas.

Une bénéficiaire refuse que j'ouvre les fenêtres car elle a peur que ses chats se sauvent. Le sol est couvert d'urine et d'excréments de chats et de chiens. J'ai prévenu ma responsable mais celle-ci me dit que c'est à moi d'être plus convaincante. 

Des témoignages de ce genre, il y en a des dizaines, que dis-je, des centaines. Ces femmes sont "le pilier du maintien à domicile", tant vantées par nos chers élus. Elles sont celles qui viennent aider votre grand-père, veuf depuis peu, à préparer ses repas. Celles qui viennent aider votre mère à s'habiller tous les matins. Celles qui font les courses de votre voisine. Celles qui écoutent patiemment votre tante raconter pour la cent-douzième fois comment elle a perdu son chat. Celles qui emmènent votre grand-oncle voir la mer parce que tout seul, sans voiture, il ne peut plus. Celles à qui on a promis un travail et une valorisation de celui-ci et qui se retrouvent à nettoyer la merde du chat chez une alcoolique acariâtre. Celles qui élèvent seules leurs gosses et qui n'ont pas le droit de se plaindre quand Pervers Pépère leur tripote les fesses en passant. Celles à qui l'on conseille une formation professionnelle diplômante mais à qui le financement est refusé. Celles qui ne prennent pas de congés parce qu'elles jonglent entre trop d'employeurs. Celles qui mangent froid tous les jours parce qu'elles n'ont même pas une salle de repos à leur disposition. Celles qui doivent parfois se cacher pour aller aux toilettes chez les bénéficiaires parce que certains leur refusent ce droit. Celles qui se reposent dans leur voiture parce qu'elles habitent trop loin pour rentrer. Celles qui refusent un arrêt-maladie parce qu'elles n'ont pas les moyens de ne pas travailler. Celles qui donnent leur salaire à la nounou pour qu'elle s'occupe de leur famille pendant qu'elles s'occupent de celle des autres. Celles qui rentrent épuisées chez elles après une journée passée dehors pour laquelle elles ne seront payées que quatre heures. Celles qui, malgré tout, aiment leur métier car il est riche de belles rencontres.

On parle beaucoup de maltraitance envers les personnes âgées, on parle moins de maltraitance envers les aides à domicile. Et pourtant, elle existe. Conditions de travail indignes, salaires de misère, horaires à rallonge... Mépris, humiliations, indifférence.

"Le travail c'est la santé"

Ah bon?

61 commentaires:

  1. je compatissais avec vous et pour toutes ces victimes d'employeurs sans scrupule lorsqu'est arrivée la phrase " Celles qui donnent leur salaire à la nounou pour qu'elle s'occupe de leur famille pendant qu'elles s'occupent de celle des autres." Premièrement, le salaire minimum d'une assistante maternelle est de 2,68 (brut), deuxièment les employeurs d'assmat bénéficient d'aide (allocation, déduction d'impot), troisièmement, lorsqu'il s'agit de "salaires de misère, horaires à rallonge... Mépris, humiliations, indifférence.", elles connaissent aussi! Elles ne sont pas mieux lotis mais lorsque ce mépris vient de gens comme eux mais qui deviennent des patrons comme les autres, ça fait mal!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que j'aurais dû préciser ma pensée. Quand, le week-end, on doit s'absenter 10h/jour de la maison pour bosser 3h, on dépense plus en garde d'enfant que ce qu'on touche en salaire. Le problème du week-end, c'est que les assistantes maternelles ne travaillent pas toutes (normal), donc il faut trouver un autre mode de garde, plus cher et moins bien remboursé. Quant aux employés maltraités qui deviennent des patrons maltraitants, c'est hélas monnaie courante, et pas que dans le domaine des services à la personne :-(

      Supprimer
  2. Situation classique des employés détachés, isolés, ne travaillant pas chez l'employeur. Question stupide : il existe des représentants syndicaux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a des représentants syndicaux, mais c'est un métier où l'on se retrouve sans cesse en concurrence avec ses collègues, alors c'est compliqué d'être solidaire.

      Supprimer
    2. très compliquée en effet d'etre déléguée syndicale dans ce milieu, je confirme:)
      si je retiens une seule chose de ma formation c'est " la juste distance" ! je m'en sers enormément et a toutes occasions:)
      merci pour cet article, ça fait du bien de voir les problèmes ecrits noir sur blanc , et sur la toile :)

      Supprimer
  3. un autre point de vue : http://nonmaisalors.wordpress.com/2014/10/27/auxiliaire-de-vie/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en effet un autre point de vue, mais la situation n'est absolument pas comparable. Vous vous placez ici en tant que bienfaitrice, je me place ici en tant que salariée. Forcément, les rapports ne sont pas du tout les mêmes. J'ai eu parmi les gens dont je m'occupais une dame qui était absolument charmante avec sa gentille voisine serviable... et tout à fait infecte avec les (nombreuses) auxiliaires de vie qui passaient chez elle. Et pourtant, nous faisions notre travail, et nous le faisions du mieux possible.

      Supprimer
  4. De nombreux cas que tu décris relève pour moi du code du travail. Un seul conseil : contacter les services de l'inspection du travail pour connaitre ses droits. Quand aux temps de déplacement pris en compte dans la rémunération il me semble qu'une entreprise a été condamné récemment parce que justement elle considérait que ce n'était pas du temps de travail.

    RépondreSupprimer
  5. pour compléter ce que je viens de dire http://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/chambre_criminelle_578/3459_2_30099.html

    RépondreSupprimer
  6. Quand j'entends parfois certains politiques qui vantent les emplois à domicile comme un secteur très porteur, une solution miracle contre le chômage, souvent je repense à ton blog et à tout ce qu'il révèle de la dureté de ce métier (métier que les politiques en question seraient sans doute bien incapables de faire pendant une semaine)...

    Ces témoignages sont vraiment poignants, voire révoltants (en particulier celui de la personne qui se plaint d'attouchements, c'est vraiment horrible d'imposer à quelqu'un de travailler dans des conditions pareilles...)

    Mais si tu as le temps, pourrais-tu donner quelques précisions, pour les personnes comme moi qui n'y connaissent à peu près rien, sur les différentes sortes de métier (auxiliaire de vie, aide à domicile, AVS...), les diplômes, et aussi par exemple les types de contrats, à quoi correspond un "déficit d'heures", etc. ?

    RépondreSupprimer
  7. Dans un métier aussi difficile que le votre, c'est dur de ne pas être soutenu par une équipe. Les aides à domicile ont beaucoup de difficultés à s'entendre entre elles car il y a une forme de concurrence. En tout cas, je vous félicite pour ce que vous faites, merci de nous ouvrir les yeux sur votre quotidien.

    RépondreSupprimer
  8. je suis auxiliaire de vie ; je bosse en association depuis maintenant 6 mois et je n'en peux plus je me déplace à vélo (je vois mal comment passer le permis alors que nos plannings changent très régulièrement) je passe mes journées dehors ne mange souvent pas avant 16h en ayant commencé vers 9 h du matin et encore manger dans le froid c'est pas très reposant ...pour 880 euro par mois ...je suis fatiguée ...je n'ai pas d'enfant (heureusement..) plus de vie sociale (pas le temps ) et j'ai déjà mal au dos ...c'est un boulot magnifique mais cher payé finalement....je pense à démissionner...dommage !

    RépondreSupprimer
  9. je suis aide a domicile depuis maintenant 5 ans pour un contrat de 70h par mois,il y en as marre des changement planning a la dernière minutes des fois c'est 4fois au court du mois,et je voudrais savoir si on peut refuser de travailler le soir,et le wk,car j'ai un autre boulot a coter pour compléter mon salaire,je me lève a 3h du matin voilas bonne soirée

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir je suis aussi AVS et je vis la même chose quelle tristesse

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour. Je suis aide à domicile j avais arrete il y a quelques annees car exténué e et encore un enfant a charge a l epoque. Je n ai plus d enfant a charge. Jai donc pris un contrat de remplacement pendant cet été. Je suis naturelle conciliant exet genereuse. J ai eu des personnes merveilleuses et des personnes odieuses frolant la mailtrance envers autrui. Un homme de 80 horrible. Mielleux avec les infirmières . Me rabaissant devant elles. J ai du prendre un arret a cause de lui... bref mon contrat s est terminé. J en suis bien heureuse. Je suis di zen malgré le Rsa qui pointe son nez...et cela m a fait du bien de vous lire...j ai remercie ma petite voiture qui a tenu le choc pour tous les kms parcourus.

    RépondreSupprimer
  12. Je confirme les témoignages des aides à domicile concernant les conditions de travail lamentables qui s'offrent à nous. Notamment les WE avec une amplitude d'absence de 12h mais avec juste 3h30 effectives payées, le reste c'est 120 km de déplacement parce que loin de notre domicile.
    Et maintenant au bout d'1 an de bons et loyaux services en tant que remplaçante à coup de cdd (facile une vingtaine), on vous lâche parce que les titulaires reviennent. A côté de ça une collègue se retrouve en "burn-out".

    On parle beaucoup du maintien à domicile des personnes âgées ou en situation de handicap. Pour cela on a besoin des aides à domicile qui font un travail énorme non seulement physiquement mais moralement, elles sont parfois le seul lien social entre les personnes aidées et l'extérieur. Elles travaillent le plus souvent seule et ont une énorme responsabilité. Mais celle là ne vaut que le smic.

    Un peu plus de respect pour cette profession rendrait la vie des personnes aidées plus douce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui en effet des conditions lamentable je travaille les weekend a 40km de chez moi les km n’étant pas renumeres et chez un couple très méchant ce n'est que reproche la femme m'a même jeter les draps au visage et j'y vais 2 fois par jour la ras le bol de tout ceci je ne pense pas pouvoir tenir longtemps a ce rythme

      Supprimer
    2. Mais tu n as méme pas à tenir du tout! c est simple tu ramasses les draps et tu lui en fais autant!enfin on est pas des chiens!

      Supprimer
    3. Moi j'étais chez domidom et j'ai fait un bien our je fait tout en bus je passais plus de temps dans les transports que chez le bénéficiaire et ma chef ne voulait rien savoir

      Supprimer
  13. étant aide a domicile depuis quelques mois je travaille chez des personnes très méchante voir agressive ou une personne m'a jeter les draps au visage ras le bol je ne pense pas y rester longtemps

    RépondreSupprimer
  14. bonsoir , je suis aide a domicile depuis 4 ans ,sur mes ^fiche de paye jai le titre assitante de vie ,mais mon salaire n'a pas bouger ,cest un travail qui fatigue moralement et fisiquement d'ailleurs jai constament mal au dos ,des fois je me dis tient le coup malgré une tendinite qui me lache plus ,bref jai eut des beneficiere méchantes ,tres sales et qui me rabaisser sans arret.c'est un travail tres mal payer et pas valorisant en ce qui me concerne

    RépondreSupprimer
  15. ANONYME
    salaires misérables, charges de travail énormes, temps d'intervention de plus -en-plus courts, informatisation accrue et isolement encore pire, matériel d'aide souvent absent chez des usagers bien handicapés, stress, angoisses, surveillance, de plus en plus de responsabilités, trop ou pas assez d'heures, des horaires qui changent sans cesse, des usagers difficiles, de grosses pathologies, la solitude, la dépression ou le burn-out, les douleurs invalidantes, les visites médicales qui font défaut, pas de formation au secourisme ou pas partout et pas assez, non, la vie des aidants n'est pas merveilleuse ni souhaitable dans les conditions actuelles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la visite médical est obligatoire depuis juillet 2012!c est une faute inexcusable pour l employeur,(méme à temps partiel)saisir le prudhomme et demander des dommages sans hésitation!

      Supprimer
  16. je suis Aide à domicile depuis bientot 2 ans , j ai des contrats toutes les semaines , à ce jour j ai une centaines de contrats a temps partiel ,j ai pris qu une semaine en 2 ans , à ma charge ,car je ne cumule pas les congés payés en cdd , et mes prochaines vacances toujours a mes frais seront seulement dans 7 mois ( si possible ), en attendant je couve un "burn out " certes c est un beau travail a aider les gens mais Ingrats !!!,manque de reconnaissance , salaires misérable ,les heures d intervention n en parlons pas !!!, se rendre chez des personne agés homme qui sont en manque , manque de respect aussi bien par la famille que par les gens aidés ,et j en passe !!!! prendre sur moi devient difficile , je craque souvent le soir chez moi ...mais je n ai pas le choix , je dois continuer dans cette voie , car c est une chance de nos jours d avoir un boulot , en bref je me raccroche a ça, mais jusqu'a quand ?? bon courage a touteS les aides a domicile !!!! A QUAND LE COUP DE GUEULE DES AIDES A DOMICILE DANS LA RUE ????

    RépondreSupprimer
  17. Tres bonne idée dans la rue il faut qu'on organise ça.

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour à toutes. Moi aussi j'ai la rage. Voici mon blog: lemondemerveilleuxdelaideadomicile.wordpress.com
    Dans notre boulot il y a de quoi aller aux prudhommes tous les jours. N'hésitez pas à aller à l'inspection du travail, et à contacter les syndicats. Il faut se regrouper et se battre. Les syndicats ne sont pas parfaits mais je ne vois pas comment on peut se regrouper autrement. Bon courage à toutes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ha mais moi je n hésite pas à aller au prudhomme et je suis aussi syndiqué,il faut bien leurs faire comprendre à tout ce petits monde que le temps des chevaliers et des cerfs est révolu!!le respect n est pas à sens unique!quand t on me respecte pas,je respecte pas non plus et peu importe l àge!

      Supprimer
  19. Bonjour

    je suis aide a domicile depuis 11 ans dans une association,
    les conditions de travail se sont nettement ameliorés car notre employeur entend les mécontentements des usagers et employés , ce n'est pas simple de pouvoir donner satisfaction a chaque personne,il faut de la patience, je suis passé par des stades d'insatisfaction personnelle contre mon employeur , week end avec des deplacements pour deux heures de travail avec 1h de route non remunérés, parfois obligés d'attendre 2h30 entre deux interv et reprendre 2h de travail a cause d'un creneau prevu pou une reunion qui n'avait lieu qu'une fois par mois!la derniere en date pour ameliorer notre planning on nous met chez des nouveaux usagers sans se contenter du passé effectué chez certains depuis 11 ans! un coup de gueule general de la part des employés et usagers mais nous navons rien a dire c'est comme ca sinon faut aller voir ailleurs!je trouve cela inhumain et irrespectueux de ne pas prendre en compte l'usager qui vieillit que l'on accompagne dans la maladie qui a souvent besoin de point de repères, d'habitudes, de confiance!
    Souvent j'ai voulu quitter cette association qui ne m'entendait pas a cause de ses conditions dont je vous ai parlé, nous avons un metier en "or" et nous devons defendre nos droits pour montrer que nous ne sommes pas que des "femmes de ménages"mais des etres humains qui accompagnent dignement d'autres etres qui vieillissent,qui sont malades ou handicapées,on leur apporte une ecoute,un peu de bonheur,un soutien moral,une aide au quotidien,on reste patiente vis a vis de certains qui nous traite comme des moins que rien mais qui sont bien content de nous trouver pour faire le travail a leur place!
    AUJOURD'HUI il faut que l'ETAT comprenne que chacun d'entre nous va vieillir , que les maladies prennent de l'ampleur, que les familles s'épuisent de s'occuper de leur proches et qu'i faut du personnel professionnel formée pour accomplir au mieux son travail,
    Une Meilleure Reconnaissance de notre Metier nous donnerai un peu plus d'ENVIE de travailler dans de meilleurs conditions avec un Salaire au même niveau que les AS ou IDE car nous faisons un peu plus qu'un simple soin ou toilette!Nous accompagnons la personne dans son quotidien voir jusqu'a son decès :-(


    RépondreSupprimer
  20. A la recherche de quelques heures pour compléter mon temps partiel subi,j'ai vu une offre d'emploi (malheureusement elle était réservée aux chomeurs de longue durée) Cet emploi avec tres peu de pré-requis était payé près de deux euros de l'heure que ce que nous gagnons ... On nous prend pour des connes et ça n'est pas près de changer .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ils ont le droit de payer 2 euros de l'heure?

      Supprimer
    2. Mais non Mokrane je me suis mal exprimée :ce cui-cae ou autre emploi aidé est payé deux euros de plus que le salaire de l'aide à domicile !
      Je ne travaille pas pour deux euros de l'heure !

      Supprimer
  21. Bonjour
    Quand je lis vos témoignage je m'aperçois que la situation ne s'arrange pas. Avec la convention collective unique, qui a remplacé la 83 et les avantages donnés en mars 2002. Aujourd'hui hélas avec la loi sur la représentativité des syndicats dans les entreprises, la marches de manœuvre des syndicats est compliqués. Mesdames tournez-vous vers vos syndicats battez-vous, je sais combien pour est la difficulté de vous rencontré. J'ai commencé dans l'aide à domicile aujourd'hui je suis T I S F et conseiller du salarier dans un syndicat qui ne fait pas de politique, je me bat et ne lâche rien. Mon employeur ma mis au placard pendant deux ans et je suis toujours la mon employeur a tous fait pour que je parte, je suis qualifié d'emmerdeuse. Tous simplement parce que je me bat pour les salariés pour que cela avance, pas toujours facile.

    Bon courage à toutes

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour !
    Je m’appelle Melissa, j’ai 23 ans et je suis moi-même AVS. Je fais des études de sociologie à coté et dans le cadre de mon mémoire de master j’ai décidé d’étudier le travail réel des AVS. Je suis à la recherche d’AVS qui seraient volontaires pour échanger avec moi sur leur quotidien (via Skype ou sur Strasbourg si j’avais certain(e)s viennent de là).
    L’anonymat sera bien sur préservé. Je vous remercie d’avance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu n'as pas d'adresse mail ?
      Cela m'intéresserait

      Supprimer
  23. un bon droit de grève des assistantes de vie et auxiliaire de vie car ras le bol d'etre arnaqué.

    RépondreSupprimer
  24. mais ... ne peut t'on pas se battre ? prendre conseil avec un syndic, se réunir toute et faire valoir nos droit de gré ou de grêve ????

    RépondreSupprimer
  25. mais bien sur que si on peux se battre!je suis en procès avec le particulier employeur qui m employée par le biais de l association véreuse dont j ai fait partie depuis 8ans.Licenciement suite à mon accident de travail!Je me suis pas laissé faire,j ai contacté mon syndicat qui m a orienté vers une avocate spécialisé dans les droits du travail,constituer mon dossier qui reléve de bcp de lacunes,fait dépot de plainte à la médecine du travail que je n ai jamais passé,saisi le prud homme. aujourd hui je suis en attente du jugement que je vais gagné et j espére bien que l association comme le vieux qui m employée vont couler!

    RépondreSupprimer
  26. Moi, je sais pas, ça me fout sérieusement en rogne tout ça. Pas vous ? Et quand je dis "rogne" c'est grosse colère genre "je vais tous vous éclater la gueule bien grave". Pas le truc des médias genre "la grogne syndicale", "rongnongnon, ils sont méchants mais je fais rien". https://lemondemerveilleuxdelaideadomicile.wordpress.com/

    RépondreSupprimer
  27. Bonjour ben moi je voulais justement aide à domicile près d'un association près de chez moi.
    Il est vrai on vous vend du rêve.
    Mais j'ai rien signé heureusement.
    Au début on vous prend les papiers pour que vous soyez salarié permis B carte identité.
    Assurance auto.
    Donc premier entretien des louanges.
    On m'appele des l'après midi. Vous êtes prise oki vous commencez lundi.
    Il me restait 4 jours j'ai dit bon parfait.
    On m'appele le lendemain de l'entretien le soir à 18 h pour 2 prestations.
    Alors je devais commencé que la semaine prochaine.
    Je n'ai eu aucunes explications rien pas de planning. .
    On lâche pas les employés dans la nature.
    Bien sûr. Du coup j 'ai refusé j'ai compris que de suite une mauvaise organisation.
    Trop apparemment d'arrêt maladie prolongé.
    Du coup j'ai envoyé un mail à la responsable que je refusais le poste.
    Vu j'avais rien signer et pas encore travailler.
    Que je n'étais pas faite pour ce poste. Tout simplement.

    RépondreSupprimer
  28. Pour ma part je voulais travailler dans ce domaine j'adore le social.
    Alors je demande je trouve une association près de chez moi.
    Beaucoup de louanges. Bref votre candidature est retenue.
    C'etait pour un CDD pour 2 mois.
    On m'appele l'après midi pour me dire je suis prise je commence des lundi prochain.
    Oki pas de problème.j'ai dit vous me direz où je dois aller. .
    Vous passez en fin de semaine on vous expliquera on lâche pas ds la nature les employés.
    Oki le lendemain message répété 5 reprises exagérés que j'ai 2 prestations que je dois faire.
    Du coup j'appele l'assistante a été servi. Je lui dis je pensais commencé la semaine prochaine.
    Vous me demandez d'aller à ka dernière minute alors je suis nouvelle
    J'ai pas encore travailler j'ai eu juste un entretien.
    Pas d'explication pas de signature de contrat rien. Pas de planning que de l'oral.
    Elle m'a prit les papiers assurance permis B et carte secu et carte identité.
    Et c'est tout juste de l'oral et des photocopies .
    Du coup des le soir j'ai envoyé un mail en disant je refusais le poste.
    Je vais bien sûr envoyer une lettre l'écrit reste toujours une preuve.
    Mais j'ai vraiment été déçue de cette association. Un beau métier qui meriterait plus de respect.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour Mag, je travaille depuis 14 ans dans une structure public un cias, et je peux te dire que c'est partout pareil nos supérieurs hiérarchiques n'en ont rien à faire de nous et pourtant c'est quand même grâce à nous qu'ils ont un salaire et qu'ils sont bien au chaud dans leurs bureaux!! Nous notre CIAS à un déficit de près de 1000000 d'euros et bien ils nous font faire des heures de plus en plus loin et comme les premiers km ne sont pas indémnisés on dépense encore plus d'argent pour aller travailler mais eux ne subissent aucune modification!! y en a marre bon courage à toutes les aides à domicile nous faisons un métier formidable mais ce sont nos dirigeants qui foutent la merde!!!

      Supprimer
  29. Bonsoir h ai été reçu en entretien aujourd'hui comme auxiliaire de vie. On me dit qu on me rappelle la semaine pro pour savoir si je suis prise ou pas. Et ce soir je reçois un mail de la boîte ou j ai eu un entretien un simple mail me donnant mon planning ..qui est vide!!!
    Je n ai rien signé chez eux .aucun contrat . rien. J ai juste eu un entretien d embauche.

    RépondreSupprimer
  30. J ai eu aujourd'hui un entré d embauche pour un poste d avs. On me dit qu on me rappelle la semaine prochaine pour une réponse. Et ce soir je reçois un mail de cette boîte avec mon planning , planning vide!!! Je n ai eu qu un entretien, je n ai signé aucun contrat.

    RépondreSupprimer
  31. Bonsoir h ai été reçu en entretien aujourd'hui comme auxiliaire de vie. On me dit qu on me rappelle la semaine pro pour savoir si je suis prise ou pas. Et ce soir je reçois un mail de la boîte ou j ai eu un entretien un simple mail me donnant mon planning ..qui est vide!!!
    Je n ai rien signé chez eux .aucun contrat . rien. J ai juste eu un entretien d embauche.

    RépondreSupprimer
  32. bonjour moi ça y est! avant "d'être aigrie" de ce métier dont la société dit qu'il est formidable-ce-que-vous faîtes!!! je vais rentrer en formation et m'éloigner de ce milieu qui nous traite en esclaves où l'irrespect régne en maître, où nous devons faire preuve de patience extrême sous prétexte que nous avons affaire à une population "fragile".

    RépondreSupprimer
  33. Bonsoir,
    J'ai des problèmes avec mes collègues.Elles me critiquent auprès des clients, alors certains sont agressifs avec moi.Dès qu'un usager parle en bien de moi,elles me salissent et après leur comportement changent.Je souffre de tout ca et je ne sais pas qui fait ca car les client ne parlent pas. Elles interviennent chez des clients avant moi.Beaucoup ne me disent même pas bonjour.Je travaille depuis trois ans dans cette société et je n'ai toujours pas passé de visite médicale.J'ai un contrat de 24h par semaine je n'ai pas le droit de refuser une intervention.Mais une collègue qui a un contrat
    de 35h et qui ne les fait pas (elle fait entre 20 et 25h) a le droit de refuser les heures en plus de ses 20 h.J'en peux plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ,je suis aussi Aide a domicile , sache que dans ce metier il y à beaucoup de concurrence entre les salariées, jalousie .... et que les personnes aidées ont leurs tetes " a claques ", on peu pas etre aimé par tout le monde , tes collègues ne sont que des collègues , rien d autre !!! , fais ton travail au mieu ,te rend pas malade pour ces idiotes car en critquant c est ce qu elles sont et je pèse mes mots , pour tes refus d interventions tu as le droit a 4 refus il me semble , je te souhaites beaucoup de courage car il en faut dans ce metier bonne continuation

      Supprimer
    2. ah j oublié , pour la visite medicale , on te donnera un rdv des qu on te proposera un cdi , elle est obligatoire :)

      Supprimer
  34. Bonjour, je suis aussi Aide à domicile, diplômée, d' un "ATMFC", et il aurait URGENCE À REVOIR LA COVENTION COLLECTIVE. Rien qu' à voir le prix du Km (0,35 cts), entre 2 clients (et dans ce prix est comprit l' amortissement du véhicule, le prix de l' essence etc), mais c' est vraiment ridicule.
    J' ai eu un accident en voiture, l' après-midi, j' ai pu faire mes onterventions à pied, ma responsable m' a même pas demandé comment j' allais, mais les clients sont les plus importants. Et les pour le prix de réparation de ma voiture (c' était la moitié de mon salaire). Bien entendu je n' ai pas reçu de dommage, rein du tout. Et une voiture coûte très cher à l' entretien. Et là, où je travaille, il y a des voitures mais pour les cadres.Alors surtout n' envoyé jamais vos filles faire ce métier.Jupiter 68

    RépondreSupprimer
  35. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  36. bonjour, moi aussi je suis avs dans l'ouest de la france mais pas dans une association mais dans une entreprise crée par un particulier. contrairement à certains commentaires, les personnes chez qui je travaille sont extrêmement charmantes, me respectent et respectent mon travail, et c'est grace a ces personne que l'on peux tenir. La ou ca se gate c'est niveau employeur. Heures rajoutee sans mon accord le soir alors que je travaille déjà chaque jours de 7h a 20h (payées 5h30 temps de transport non compris bien sur...) congées payees acceptées puis finalement refusées a 1 semaine de la date de départ. On nous prommetais une prime dite de qualitée a noel si les "clients" etaient satisfaient de notre travail , ceux si le sont car il me l'on dit mais bien sur aucune prime a noel. le pire c'est que depuis plusieurs mois le paiement des salaire es aléatoire , certaine sont payéés le 15 d'autres le 20 , le mois dernier des collegues ont du lancer une action au prud'hommme car elles n'ont pas eté payee.Il a carrément laissée une personne handicapée a 100% seule sans intervenante ni matin ni soir car il avait fait une erreur de planning ( signalée 15j avant !) Ce métier es pour moi un magnifique métier mais très mal reconnue soit de la part des employeurs soit pour certaines de leurs bénéficiaires et c'est dommage car ca fais mal au coeur de laisser sa propre famille pour donner tout son coeur et toute son énergie a celle des autres sans n'avoir aucune reconnaissance derrière.

    RépondreSupprimer
  37. Vous savez quoi ?! envoyez les chier tous ces pseudos chef qui ont le QI d'une huitre et qui se croient au dessus des lois ! et ces vieux cons de merde s'ils vous tripotent portez plainte. Bordel que ça ne m'arrive pas à moi, par ce que les cartouches s'ils ne savent pas ce que c'est ils vont les sentir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malmenée ou plutôt maltraitée depuis une dizaine d'années dans ce secteur à la fois par les bénéficiaires et l'employeur, j'en suis arrivée à cette conclusion :
      - les structures d'aide à domicile n'imposent rien aux particuliers pour améliorer nos conditions de travail ; résultat : les abus !
      - nos employeurs prennent toujours le parti des particuliers et ferment les yeux sur ce que nous nous vivons sur le terrain ; résultat : démissions, arrêts maladie, turn over du personnel
      - peu de solidarité entre collègues
      - et surtout la règle d'or : ne parlons pas de tout çà, c'est un sujet qui fâche !
      Alors merci pour ce forum, çà fait du bien quand même de pouvoir en parler quelque part.

      Supprimer
  38. bonjour
    je suis aide à domicile et je trouve que les conditions de travail se dégradent de plus en plus
    le bureau m'a envoyé en intervention chez une femme, sans aucun renseignement, le fils est shizophrène, il a tapé une infirmière
    Il ne faut pas lui tourner le dos, sympa comme boulot l'admr, je vais une fois et si moindre problème, je me barre et s'il me touche, gendarmerie direct!

    RépondreSupprimer
  39. J'ai vécue la plupart des témoignages des unes et des autres, que je comprend parfaitement. J'en avais des maux de ventres terribles ainsi que des dépressions à répétitions du à ce métier, si on peut appeler ça un métier. J'ai arrêter cette mort à petit feu et je m'en porte certainement mieux... Libre à vous de continuer, mais êtes vous vraiment sur de vouloir y laisser votre santé, votre mental? Quand on perd sa santé il est difficile de la récupérer et de pouvoir travailler. Etre aide à domicile, auxiliaire de vie etc... Donnez tous les noms que vous voudrez vous serez toujours perçus comme une femme de ménage. Ce genre de travail c'est juste de "l'esclavage moderne".

    RépondreSupprimer
  40. Peut etre essayer de se faire entendre ?
    comme les infirmières, descendre dans les rues?
    J'ai souvent démissionné, et j'ai eu des personnes que j'ai dû remettre à leur place !
    Mais oui, faisons entendre notre voix !

    RépondreSupprimer
  41. J'ai été assistante de vie durant 13 ans en entreprise et en cesu... Et moi aussi je me reconnais dans tous ces témoignages... Et c'est vraiment de l'esclavage moderne mais le pire pour moi c'est le travail en cesu car aucune protection pour nous en cas de pépin c'est notre parole contre celle du particulier employeur et même si vous allez vous plaindre à l'inspection du travail il ne peuvent pas intervenir au domicile des gens puisque qu'ils ne sont pas autorisés à rentrer dans la sphère privée des employeurs. Bref on est traité comme des moins que rien pour un salaire de misère avec des planning qui n'ont ni queue ni tête (sans parler du temps qu'on peut faire en supp', sans être payé et sur notre temps libre) et avec beaucoup de frais à notre charge. Bref ce boulot à eu ma peau... Burn out avec arrêt de travail d'un an et demi et suivi avec psychologue et psychiatre, rencontre à 3 reprises avec la médecine du travail qui m'a dit que pour moi les métiers à domicile c'était terminé... Ma rupture de contrat pour inaptitude avec l'entreprise c'est bien passé mais avec les Cesu bien évidemment, impossible de faire valoir mes droits même après mon passage à l'inspection du travail... Du coup j'ai dû m'asseoir sur 2 attestations pôle emploi pour faire valoir mes droits pour presque 10 ans de travail chacune... Merci à l'état de si bien protéger ces salariés...

    RépondreSupprimer