dimanche 31 août 2014

Bravoooooo!

Imaginez : vous êtes un jeune parent, complètement fou d'amour et gagatisant pour votre enfant. Cet enfant, forcément, c'est le plus beau, le plus intelligent, le plus mignon, le plus gentil, bref, le plus tout! Aujourd'hui est un jour miraculeux qui vous emplit de joie car l'enfant, le chérubin, l'élu, a mangé TOUTE sa purée tout seul, comme un grand! Et vous, vous l'heureux parent qui avez engendré cette merveille de la nature, vous vous extasiez - à juste titre - devant cet exploit.
- Bravoooooo, dites-vous en tapant dans vos mains avec un sourire jusqu'aux oreilles.
Votre enfant, voyant votre enthousiasme débordant pour un truc somme toute assez banal (il a mangé sa purée), vous sourit en retour. Il sourit, vous souriez, la vie est merveilleuse.

Même enfant, même parent. Cette fois-ci l'enfant, le chérubin, l'élu, a fait caca dans son pot. Psychologiquement, c'est un grand jour : en pleine période du non, l'enfant cède, il "donne" son caca à ses parents et, en comprenant toute la symbolique de cet acte crucial, vous sautez de joie.
- Bravoooooo, dites-vous en agrémentant votre dernier statut Facebook d'une magnifique photo de l'étron divin.
Votre enfant, dépassé par ce qui vient de se jouer dans son pot, vous sourit en retour. Il sourit, vous souriez, la vie est fabuleuse.

Maintenant, imaginez ces deux scènes, à quelques détails près, avec non plus un enfant et un parent mais une personne âgée et un soignant. Relisez la scène à haute voix, en y mettant le ton. Même sur le "Bravoooooo". Surtout sur le "Bravoooooo". Vous sentez le malaise? Vous voyez toute l'infantilisation de la personne âgée qui a fini sa purée ce midi? Vous supportez le compliment odieux sur le caca lâché dans le montauban?

Monsieur M. a été torturé par la Gestapo, les soldats lui ont brisé les phalanges une par une.
Madame C. ne sait plus quand elle est née, ni où. Elle ne sait presque plus rien en fait. Et ça lui fait peur. Terriblement peur.
Monsieur V. a survécu à deux cancers.
Madame H. a perdu son fils et ses deux petits-enfants dans un accident de voiture. Elle ne s'en est jamais remise.

Ces gens, ils ont une histoire, des histoires. Ils ont aimé, souffert, donné la vie, vécu la maladie, et tant d'autres choses. Des choses merveilleuses et d'autres dramatiques. Des choses qu'on n'ose parfois même pas imaginer. Et aujourd'hui, au crépuscule de leur vie, il y a des soignants qui les félicitent niaisement parce qu'ils ont mangé toute leur purée. Ou parce qu'ils ont fait caca. Vous le sentez le paradoxe?

6 commentaires:

  1. .... waouh... oui je sens bien le malaise là, au creux de mon ventre... tes mots vont me suivre une partie de la journée mais c'était nécéssaire je pense!

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    j'ai été aide soignante pendant quelques années, votre texte me rappelle pas mal de situations d'infantilisation dont le fameux "Papi" "Mamie" pour nommer les patients que j'ai souvent trouvé choquant.
    C'est difficile d'être un bon soignant, je pense avoir été une mauvaise soignante à un moment donné par manque d'empathie et trop de distance, sans doute une façon de me protéger..

    Bonne soirée,
    Julie

    RépondreSupprimer
  3. c'est un récit très réaliste et même s'il a tendance à nous faire sourire au début, révèle soudainement des attitudes sur lesquelles nous ferions mieux de nous interroger... Merci en tout cas ! je vais le proposer à mes étudiants de première année.

    RépondreSupprimer
  4. Je vous soutiens et suis effarée de lire de telles réactions. Votre texte est très bien écrit et mérite de circuler ! Continuez !!

    RépondreSupprimer
  5. Très bien écrit et tellement vrai
    Super blog que je suis avec bcp d'intérêt

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour !
    J'ai vu toutes les réactions suite à cet article. C'est bien maigre, mais je suis persuadée que vous touchez un point juste, sur la bien traitance et le respect, et quoique beaucoup de gens en dise, vous le faites avec beaucoup de douceur (comparée à la violence d'un telle exclamation pour de la purée).
    Bon, ce commentaire est maladroit, mais il était bien intentionné :)
    En gros, je trouve que vous avez eu raison d'écrire ce post.
    Bon courage et bonne continuation !

    RépondreSupprimer