mercredi 1 mai 2013

1000 kilomètres

L'an dernier, mon anniversaire, c'était tout pourri.
Je perdais mon boulot, mon père était hospitalisé, et je n'apprenais ces deux nouvelles que le lendemain. Forcément, les mois qui ont suivi, c'était pas génial non plus. Bon ok, Georges est né, et ça c'était merveilleux. Mais à part ça... Bref, 2012, à part la naissance de baby boy, c'est pas franchement une année à retenir. Alors bon, j'ai attaqué 2013 pleine d'espoir.  Cette année sera mon année, qu'on se le dise! Le concours d'aide-soignante, c'est fait. Le boulot... euh... c'est pour bientôt. Les enfants, ça va, merci. La maison, euh... bon, joker! La famille, ça va. Oh, quelques petits soucis de temps en temps, on vieillit hein, comme tout le monde, mais globalement ça va. Du coup, cette année, mon anniversaire sera un jour de fête, avec un gâteau, des bougies et des cadeaux. Et même, cerise sur le gâteau, on sera en voyage, et ça s'annonce plutôt sympathique.
Trois jours d'expo pour le boulot de mon mari, deux jours de voyage, deux jours de détente, et au milieu de ça quelques rencontres, des découvertes et des retrouvailles, tout ce que j'aime. Une petite semaine de virée en famille, papa maman et les enfants, les beaux-parents s'occuperont des poissons rouges en notre absence.
Les expos, c'est crevant, il faut occuper les enfants toute la journée, discuter avec les clients, charger/décharger la voiture matin et soir... C'est crevant mais c'est chouette, surtout quand on s'arrange pour retrouver des amis le soir et refaire le monde autour d'une bonne table. Le soir, on rentre et on se couche, complètement nazes, il faut vite dormir pour attaquer la journée d'après.

Pendant ce temps, à 1000 kilomètres de là, un monsieur sent sa poitrine se serrer. Douleur thoracique, douleur au bras gauche, forcément ça fait tilt, surtout quand on se sait cardiaque, surtout quand on sort de l'hôpital affaibli par une vilaine infection, surtout quand on n'est plus tout jeune.

Nous, on dort, on ne sait pas.

Pendant ce temps, une épouse inquiète appelle le Samu. Une ambulance arrive, le vieux monsieur part avec.

Nous, on dort, peut-être même qu'on rêve, qui sait?

Pendant ce temps, aux urgences, un monsieur est en train de mourir.

Nous, on dort encore, mais le réveil va bientôt sonner, on a décidé de se lever tôt pour faire un peu de tourisme. Amélie veut aller en Allemagne, je veux voir des cigognes, on va essayer de se faire une jolie petite balade.

Pendant ce temps, un médecin appelle l'épouse inquiète, il faut venir, ça va mal. Les médecins ne disent jamais la vérité au téléphone, c'est bien connu.

Nous, on est réveillés par un appel de belle-maman. Beau-papa va mal, on rentre.

À ce moment précis, nous ne savons pas grand-chose. Crise cardiaque et urgences, c'est tout.
On se prépare, et on explique à Amélie que son grand-père ne va pas très bien et qu'on préfère rentrer au ça où. Au cas où quoi?
1000 kilomètres, c'est beaucoup. D'habitude on est à côté, nos maisons sont dans le même village, on se voit presque tous les jours. Mais aujourd'hui, on est loin. Si loin que la situation nous semble presque irréelle. J'essaie même de rappeler belle-maman, pour "avoir des nouvelles". Parce que non, en vrai, beau-papa va forcément bien, il vient de survivre à un staphylocoque doré, c'est pas une petite crise cardiaque qui va lui faire peur! Et puis oh, attends, il est aux urgences, y a plein de médecins, plein de machines super sophistiquées, et puis son coeur il a beau avoir 80 ans, c'est un coeur de super héros, le coeur d'un homme qui a piloté des avions et a survécu à un cancer!
Alors, tout en préparant les valises, j'attends. J'attends que belle-maman me rappelle. Mais mon téléphone reste désespérément muet, et le sien est sur répondeur. Alors mon mari appelle l'hôpital, qui lui passe les urgences, qui lui passe quelqu'un, qui lui passe quelqu'un d'autre, qui appelle le médecin, qui lui passe sa mère. Et pendant qu'on attend, on comprend. On comprend que quand l'hôpital dit de venir, c'est qu'il est déjà trop tard. On comprend que belle-maman est à 1000 kilomètres, seule, avec son mari qui est mort. On comprend qu'on n'a plus de papa, plus de beau-papa, plus de grand-père. On comprend qu'il va falloir l'annoncer à Amélie. On comprend qu'il va falloir rouler 1000 kilomètres avec 1000 questions, 1000 souvenirs, 1000 douleurs.
On comprend aussi que finalement, 2013 sera aussi merdique que 2012.
Et, très égoïstement, je comprends aussi que cette année, mon anniversaire sera tout pourri.

17 commentaires:

  1. C'est mon tour de te promettre que je te serrerai fort! Des bisous, plein

    RépondreSupprimer
  2. Vous avez tout mon soutien, même s'il n'est que virtuel. Bisous

    RépondreSupprimer
  3. Plein de bisous Babeth.
    La prochaine fois pour les cigognes, vous viendrez à la maison et ce sera drôlement chouette ...

    RépondreSupprimer
  4. Je ne sais que te dire mise à part que tu as toutes mes pensées et mon soutien ... des bisous à vous, votre famille

    RépondreSupprimer
  5. Je suis vraiment désolée.

    Si ça peut vous rassurer 2013 est une année encore pire pour nous aussi, un cancer se cache derrière un autre...

    J'espère que la route n'a pas été trop dure, entre les questions et la peine.

    Courage;

    RépondreSupprimer
  6. Juste envie de vous dire que je pense bien a vous ...la vie ne vous epargne pas....je me permets de vous faire des bisous et des calins virtuels certes mais sinceres..
    Natli02

    RépondreSupprimer
  7. toutes mes pensées Babeth :( ...

    RépondreSupprimer
  8. condoléances à toute la famille, c'est dur...

    RépondreSupprimer
  9. Je pense fort à toi et aux tiens, toutes mes pensées affectueuses. Prend soin de toi.

    RépondreSupprimer
  10. De tout avce vous et votre famille
    je vous embrasse

    RépondreSupprimer
  11. Sincèrement désolée, toutes mes pensées... :(

    RépondreSupprimer
  12. Il n'est pas dit que 2013 n'aura pas son rayon de soleil.
    Bon courage à vous tous !

    RépondreSupprimer
  13. La vie, comme je ne l'aime pas, comme elle me fait peur.

    Plein de pensées pour vous.

    L'autre

    RépondreSupprimer
  14. Plein de pensées aussi et toutes mes condoléances. J'ai connu l'enchaînement des années de merde avec les anniversaires pourris (2009: je sors de l'hosto après opération d'un cancer et je suis en train de me faire virer, 2010: pas de boulot, 2011: père décédé et mari très malade 2012 début de grossesse très angoissant et très difficile après plusieurs fausses couches, 2013 bébé est né mais sa grand-mère (ma belle-mère) est décédée etc etc etc...) ça finit normalement par s'arranger, les bons moments (naissance) permettent de supporter les plus durs mais devenir orphelin ça reste quelque chose de pas complètement surmontable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc dire que la vie est belle...
      Elle est précieuse, ça oui, c'est autre chose!
      Mais belle ,dans ce contexte de menaces ...
      Enfin, ce n'est que mon ressenti de personne qui en a eu trop de coups.

      L'autre

      Supprimer
  15. vraiment pas de chance , on est sur terre à vivre notre vie , mais avec tellement de bas ,plus que de haut , le bonheur combien de jours ??de semaines ??, , on aimerait tellement qu'il dure longtemps ,

    RépondreSupprimer