jeudi 3 mai 2012

J'ai eu 35 ans

J'ai eu 35 ans. Pour beaucoup, c'était un jour comme un autre. Pour moi aussi.
La veille, j'étais allée à Morteville. Un petit passage en douce, sans me faire remarquer, histoire de partager un café avec une collègue et un gâteau avec deux dames qui, je l'avoue, me manquent un peu. Pas très professionnel tout ça, la distance avec les usagers, toussa toussa... Oui ben zut! Personne ne m'a vue, personne ne dira rien, et les petits moments partagés autour des meilleurs macarons de Morteville valaient bien la peine de prendre quelques risques. Et puis, franchement, de quels risques parle-ton au juste? Celui que Madame Grand-Chef me croise en ville? Non, c'était dimanche et elle ne traîne pas à Morteville le week-end. Celui que les gentilles dames parlent un peu trop et racontent que je suis passée? Non, elles savent que je ne devrais pas, donc elles ne diront rien... Elles ne diront pas non plus que je leur ai fait la bise en arrivant, que j'ai amené des gâteaux, que j'ai pris le café avec elles, que j'ai passé plus d'une heure chez chacune, assise, à papoter! Le risque de me faire contrôler par un médecin conseil? Un dimanche? Au prix de la visite? Pfff...
Bref, aucun risque, et même s'il y en avait eu un, je l'aurais pris quand même, car je sais que je n'ai rien à perdre.
Mais revenons à mes 35 ans (j'aime être égocentrique, vous avez remarqué?). Une journée comme les autres. Des petits messages sympathiques, plein de nouveaux livres, un petit repas en famille. Une journée toute simple, comme je les aime. Et pendant ce temps...

Pendant ce temps, Nicolas Sarkozy et François Hollande se préparaient au grand débat qui aura lieu dans deux jours.
Pendant ce temps, quelques abrutis néo-nazis pleuraient sur le suicide du Führer, mort le 30 avril 1945.
Pendant ce temps, Amélie était à l'école.
Pendant ce temps, Baby Boy faisait des cabrioles.
Pendant ce temps, on manifestait en Syrie.
Pendant ce temps, le nouveau World Trade Center culminait à nouveau à New York.
Pendant ce temps, Madame Grand-Chef se disait que tiens, c'est la fin du contrat de Babeth aujourd'hui, inutile de la prévenir, elle finira bien par s'en apercevoir.
Pendant ce temps, mon père était hospitalisé en urgence. Trop maigre, trop faible.

Pour la politique, pour Hitler, pour les enfants, pour la Syrie, pour New York, je savais.
Pour le reste, je ne savais pas.
Pour mon avenir professionnel, pour trois ans de ma vie passés au service, parfois au chevet, des personnes âgées, je ne savais pas.
Pour la faiblesse de mon père, pour la détresse de son épouse, pour ma peur de perdre le seul parent qu'il me reste, je ne savais pas.

C'est pas logique. Pas correct non plus.
Prévenir une employée qu'elle est virée, pas la peine.
Prévenir quelqu'un que son père est hospitalisé, pas la peine.

J'ai eu 35 ans, et plein de choses sont arrivées, mais je ne savais pas. Puis j'ai eu 35 ans et un jour, et j'ai su. Je préférais quand j'avais 34 ans.

16 commentaires:

  1. En fait c'est carément comme si ta vie n'avait pas d'importance, aucune considération de nulle part . Côté famille c'est très triste, côté Mme grand'chef c'est lamentable , pour quelqu'un sensé être au fait de l'empathie, du respect, de la sécurité physique et morale.
    Comment elle a accédé à ce poste, je me demande, pas pour ses qualités humaines en tout cas.
    Bientôt tu aura trente cinq ans et quelques, et petit Boy dans tes bras et tu aimeras .
    Pour ton papa je compatis et te souhaite le meilleur possible (ce qui veut dire tout et n'importe quoi qui t'aidera selon l'évolution ), pour ton boulot ,franchement, bon débarras de cette sale boite.

    Je me permets de t'embrasser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Pour le boulot, ça pourra pas être pire maintenant. Pour le reste...

      Supprimer
    2. En tous cas je vais continuer à venir te voir ici pour avoir de tes nouvelles .
      J'ai vu que pour ton papa c'était pas bon, alors oui, profitez-en pour vous dire votre amour et tout le reste.
      Je sais que tu sais tout ce qui se joue dans ses moments là et combien c'est précieux.
      Je t'embrasse .

      Supprimer
  2. Olala Babeth il va falloir que tout ça s'arrete, que ton petit boy te fasse retrouver le sourire, et Amélie aussi.
    J'espère que ça va aller pour ton papa.
    Je me permet de t'embrasser
    PS : moi aussi j'ai 35 ans (depuis 11 jours) et moi j'aimais pas quand j'avais 34 ans

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joyeux anniversaire en retard Frichi! Pour mon papa, non, ça n'ira pas hélas. On va tenter d'en profiter au maximum maintenant.

      Supprimer
  3. Pas terrible comme cadeau d'anniversaire.
    Toi dont le travail, qu'on vient de te sucrer honteusement, est justement de retisser un peu de lien social auprès des personnes âgées qui sont parfois si isolées, tu fais les frais de cette société du chacun pour soi.
    Le résultat, tu culpabilises presque d'aller voir des mamies avec qui tu ne devrais avoir que des relations professionnelles, mais tu apprends par hasard que tu pointes au chômage.

    Ne te laisses pas abattre, je connais ta capacité à rebondir.

    Des bises à distance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup docteursachs. Tu sais quo? Je vais arrêter de culpabiliser maintenant, ça ne m'apportera rien!

      Supprimer
  4. Aie ma pauvre Bab', c'est vraiment dur comme série. Pense à Amélie et Mini Boy, le boulot tu verras ça plus tard. Pour ton père, tu sais déjà combien je compatis à cette situation douloureuse.

    Bizzz.



    Rose (& D.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Rose. Et tant que je suis là, merci encore pour les livres, ça fait du bien de se plonger dans un bon bouquin pour se vider la tête le soir!

      Supprimer
  5. Courage Babeth...Beaucoup de pensées pour toi. Je souhaite que tout aille mieux que le jour de tes 35 ans...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Alia. Pour l'instant ça va pas vraiment mieux... Plus tard peut-être.

      Supprimer
  6. Vivement qu'on se boive un chouchen (ou autre chose paske bon le chouchen, tu vois quoi, enfin bref) et que je te serre fort.
    En attendant, je t'envoie des biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hâte aussi, ça me fera le plus grand bien... et je suis partante pour autre chose que du chouchen :-)

      Supprimer
  7. Je suis bien désolée de lire tout ça...J'espère vivement que cette nouvelle bougie ne sera pas uniquement porteuse de mauvaises nouvelles. Je te souhaite mille petits bonheurs simple, avec ta puce, ton baby boy, ceux qui te sont chers..Sincèrement, Ingrid. Et vraiment triste pour ton papa :(

    RépondreSupprimer
  8. Chère Babeth,

    J'ai écrit, en partie à votre intention, un texte sur le site LE SOCIAL.fr, dans le forum "se former, s'informer", intitulé "se former, s'informer, pour les aides à domicile, les AMP, les aides-soignants".

    Bien à Vous,

    Christina,

    amatrice de Borée, Jaddo, Fourrure, 10 Lunes, Martin Winckler, Vieux et Merveilles, j'en oublie et des meilleures.

    RépondreSupprimer
  9. Que c'est désolant et surement douloureux. Je t'envoie de douces pensées.

    RépondreSupprimer