mardi 22 mars 2011

Un peu là mais pas trop

Je suis encore en vie hein, c'est juste que... pas le temps, pas envie, pas motivée, et pourtant j'aurais 10 000 choses à écrire.
Les petits mots des vieux, les non-événements, la formidable équipe de filles (humour), le temps partiel qui me bouffe quand même toute la journée (les plannings, tout un poème), le salaire de merde, les notes de service, les trajets qui fatiguent, la formation inenvisagée (voyons, reste à ta place Conchita!), le lent glissement de l'auxiliaire de vie vers l'aide-ménagère vers la femme de ménage vers... une sous-merde?
Bref, grosse fatigue, besoin de vacances, de ne plus rien faire... et puis de trouver un boulot à plein temps surtout! Un vrai boulot, un vrai salaire, un vrai planning... une vraie vie de famille! Le rêve!
Bon allez Conchita, arrête de rêver, demain c'est journée à peu près sympa... entre deux jours de merde.

mardi 8 mars 2011

Chiens, chats... et compagnie

Chez le centenaire, il y a avait Miaou, un gros chat noir qui quémandait à table et dormait sur le lit du vieux. Quand le chat s'approchait, le vieux souriait, et bizarrement il y avait toujours un truc qui tombait de l'assiette quand il passait. Le vieux est mort, le chat semble le chercher depuis.

Chez Monsieur Ronchonchon, il y avait le chien, une espèce de chihuaha très moche dont j'ai oublié le nom. Madame est morte, Monsieur est parti en maison de retraite, le chien est en pension chez le fils. Dans la nouvelle chambre de Monsieur J, il y a UNE photo de sa femme et UNE photo de lui. Exit le chien, les enfants, la maison. D'une vie entière il ne reste que deux images.

Chez Madame A il y avait un chat et un chien. Le chat est mort de vieillesse et le chien, après le départ de sa maîtresse en maison de retraite, a été adopté par un voisin. De temps en temps, il traverse tout seul la ville et vient aboyer devant la maison de retraite, ce qui fait immanquablement pleurer Madame A.


Chez Madame M, il y avait un énorme chien qui montait la garde. Quand il est mort, une vieille chienne a été adoptée à la SPA. Elle a hérité du panier et de la gamelle mais n'a pas (encore) le droit au reste du pot de yaourt.

Chez Madame S (mère) et Mademoiselle S (fille) il y a un chien. Nono, 16 ans, est arrivé dans la famille quand le père était encore en vie, quand la mère n'avait pas encore la maladie d'Alzheimer, quand la fille, handicapée, avait encore un travail en C.A.T. et n'était pas encore malade (cancer). Puis le père est mort, la maladie est arrivée, les femmes ont vieilli, le chien aussi. La mère et la fille sont maintenant ensemble toute la journée, toute la semaine, toute l'année. De temps en temps, la fille part un peu toute seule, mais pas trop loin et pas trop longtemps. Elle s'occupe de plus en plus de sa maman qui perd la mémoire et la raison. Elle devient maman de sa maman. Entre ces deux femmes, le chien. Quasiment le seul sujet de conversation de la maison. La nourriture, la promenade, le toilettage, c'est la fille qui s'en occupe, ça lui permet d'ailleurs de sortir un peu de la maison. Et puis, à Nono, on peut parler normalement, pas besoin de répéter huit fois en une heure qu'on mange de la soupe à midi.
Seulement voilà,Nono était vieux, il est mort. Dernier témoin de la vie d'avant, quand tout le monde était encore vivant et en bonne santé. Ne restent que la mère et la fille, seules dans la maison. Ce n'est pas qu'un chien qui est mort, c'est toute une époque. La fille pleure, la mère minimise l'événement.
"Il n'y aura pas d'autre chien" a décidé la mère. Dommage pour sa fille.