mardi 25 janvier 2011

Autres temps autres moeurs

Il y a quelques jours, après une longue journée de travail, je dégustais un gâteau en compagnie d'une vieille dame et de son petit-fils. Celle-ci, à propos des dernières actualités, se désolait des moeurs dissolues de notre époque. Viols, enlèvements, meurtres, braquages, ah que le monde est violent de nos jours!!! De son temps, il n' y avait pas tout ça, oh que non!
"De ton temps c'était la guerre mamie" lui a alors répondu son ingénu petit-fils. Ben oui, forcément...

mercredi 12 janvier 2011

Appelez-moi "Moulinex"

Parfois, je ne me sens ni auxiliaire de vie, ni aide-ménagère, ni assistante de vie, ni femme de ménage, ni rien. Je me sens comme un robot-ménager. Arriver, dire "Bonjour Madame", faire le ménage, faire signer la feuille de présence, partir. Voilà ce qu'on attend de nous. Du professionnalisme, dit-on. Des professionnelles bradées, corvéables à merci, précarisées, et malgré ça souriantes, avenantes et prévenantes autant qu'elles le peuvent. On garde le sourire, on oublie le reste.
Nouvelles consignes, nouveau règlement à venir, mise au point avec les "agents" du service. Quelques questions précises, ciblées, le regard inquisiteur d'une chef de service, et une phrase qui marque :"Donnez-moi des noms". Voilà, on en est là, qui dénoncera qui pour garder sa place, faire des heures, se faire bien voir de la hiérarchie? Le jeu des chaises musicales, c'est rigolo à dix ans, beaucoup moins à mon âge.
"Je sais que", "on m'a dit que", "il parait que vous"... Qui a dit quoi sur qui? Dans quel but? Que sait-on exactement? Repartir au boulot et se méfier de tout le monde, des collègues, des familles, des intervenants extérieurs, des bénéficiaires eux-mêmes. Se méfier de ce que l'on dit et de ce que l'on fait. Des paroles et des actes.
Et moi, puis-je vraiment travailler ainsi? Sans âme, sans humanité, sans empathie? Partir tôt, rentrer tard, passer sa journée à nettoyer des sols, faire des toilettes, cuisiner, faire des courses, écouter, rassurer, écouter encore, prendre sur soi, tout ça pour un salaire qui me fait pleurer tous les mois? S'il n'y a plus de confiance, quel intérêt?