samedi 20 septembre 2014

Quand je serai vieille...


Quand je serai vieille, je ne veux pas qu'on m 'appelle « ma ptite dame » ou « ma jolie ». Je veux être respectée et conserver mon identité jusqu'à la fin. Je ne veux pas qu'on me retourne dans tous les sens sans même me prévenir pendant les soins. Je veux qu'on me touche avec douceur et qu'on m'explique ce qu'on me fait. Je ne veux pas qu'on me juge et qu'on dise de moi que je suis difficile ou compliquée. Je veux qu'on me traite avec bienveillance et qu'on accepte que je ne sois pas toujours de bonne composition.

Quand je serai vieille, je ne veux pas dormir dans des draps d'hôpital, je veux mon linge de lit. Je ne veux pas être lavée au gant jetable, je veux mes affaires de toilette. Je ne veux pas qu'on me serve mes repas dans des barquettes en plastique, je veux une jolie vaisselle comme à la maison.


Quand je serai vieille, je ne veux pas d'une couche, je veux une protection. Je ne veux pas d'un bavoir, je veux une grande serviette. Je ne veux pas d'un verre canard, je veux un verre ergonomique.


Quand je serai vieille, je ne veux pas qu'on parle devant moi comme si je n'étais pas là. Je veux pouvoir discuter avec ceux qui s'occuperont de moi. Je ne veux pas qu'on s'empare de mon fauteuil sans me prévenir pour m'embarquer à toute vitesse à l'autre bout du couloir. Je veux qu'on m'annonce qu'on va changer de pièce et qu'on chemine à un rythme qui ne me donne pas le vertige. Je ne veux pas qu'on me dise de faire dans ma protection sous prétexte que je suis trop longue à installer aux toilettes. Je veux que mes besoins élémentaires soient respectés et ma dignité conservée.


Quand je serai vieille, je marcherai moins bien, j'entendrai moins bien, je comprendrai moins bien. Mais je serai toujours capable d'aimer telle ou telle personne, d'avoir envie de tel ou tel menu, d'avoir peur de tel ou tel événement.

Quand je serai vieille, je veux juste qu'on ne m'enlève pas le droit d'être moi.

samedi 13 septembre 2014

Bravoooooo! (suite)

Bon... Il faut que je revienne sur le billet Bravoooooo!

Je comptais faire une réponse reprenant quelques commentaires tirés de facebook mais j'avoue que je n'ai pas le courage de les recopier ici (c'est surtout que je manque de temps en fait, ça me prendrait des heures!)
J'avoue avoir été surprise par la violence de certaines réactions. Juste pour le plaisir, en voici quand même quelques unes :
"Ahah ça se voit qu'elle n'est qu étudiante parce qu'elle n'a rien compris. Elle parle de sujets qu'elle ne connaît pas et elle généralise."
"texte aussi idiot inutile et dénué de connaissances."
"vous compter dire au soignants ce qu'ils faut dire aux soignés sans leur laisser parler avec leur spontanéité et leur coeur ?"
"Que de caricature dans ce texte... Hâte de vous voir en poste"
"Sans intérêt..... Encore un étudiant qui se sent mieux pensant que les soignants... "
"Pffff et elle se croit drôle avec son mot de pseudo esprit.... "
"on verra bien quand elle sera diplômée depuis plusieurs année comment elle se comportera spontanément!"
"Et je pense que cette personne à écrit ce texte plus pour faire plaisir ou bien paraitre au yeux de sa formatrice . ( donner des petits surnoms ou être amical et familier relève d'une sorte de maltraitance ) . Que pour elle même ."
Car avec l'expérience elle changera surement d'avis" (celui-là je l'adore!)

"Oui on les infantilise et alors ??" (celui-là aussi)

J'arrête ici, j'ai le tournis. Vous pouvez lire la suite ici et . Et en passant, je rebondis sur ce commentaire : 
"J'espère au moins que tous ces commentaires, lui permettront de se questionner, de questionner les soignants, pour ensuite un second texte avec un peu plus de professionnalisme. "
Donc, allons-y pour un texte un peu plus "professionnel".

1) Oui, je me questionne. Et même, je ne fais que ça. Tout le temps. Au boulot. En voiture. À la maison. En faisant mes courses. En mangeant ma purée... 
Beaucoup de mes phrases commencent "Au fait je pensais à un truc tout à l'heure..."  
C'est fatigant. Pour moi comme pour les autres (j'avoue). Je ne souhaite à personne d'être dans ma tête, parce que toutes ces questions tournent et retournent sans cesse. Et pour toutes ces questions, il me faut des réponses. Alors je lis, j'interroge, je réfléchis. Et ça aussi c'est fatigant. D'ailleurs, parfois, j'aimerais bien me poser un peu moins de questions. Ça me rendrait la vie plus facile. Et le boulot aussi. Surtout le boulot d'ailleurs. Parce que bon, faut quand même que je précise une "petite" chose, et j'en arrive au...

2) Non je ne suis pas une jeune étudiante écervelée qui arrive en fanfare pour sortir son discours prêchi-prêcha aux soignants aguerris. Je suis aide-soignante, diplômée (bon, le site infirmiers.com est resté sur l'ancienne présentation, pas grave, les réactions concernant ces branleurs d'étudiants étaient très intéressantes), et je travaille en EHPAD.
Avant ça, j'étais auxiliaire de vie, non diplômée, et je travaillais à domicile avec des personnes âgées.
Encore avant j'étais monitrice-éducatrice, diplômée, et je travaillais en institution avec des personnes handicapées.
Encore encore avant j'étais "rien du tout", non diplômée, et je travaillais en crèche avec des enfants.
Accessoirement, j'ai deux enfants, mais ça on s'en fout (un peu). J'en arrive donc au...

3) Avec tout ça, ça commence à faire un certain nombre d'années que je travaille avec des publics dits "fragiles", et ça fait tout autant d'années que j'exècre le parler-bébé et la gagatisation. Et quand bien même je serais une jeune étudiante fraîchement arrivée dans son IFAS, qu'est-ce que ça changerait? Il n'y a que les professionnels diplômés ayant dix ans d'expérience qui ont le droit de parler? Les autres doivent attendre leur tour? Belle mentalité. Je comprends mieux la souffrance des stagiaires... À en croire certains, il y aurait donc d'un côtés les jeunes cons prétentieux, et de l'autre les vieux sages aguerris? Et c'est moi qu'on taxe de manichéisme?

4) Ce billet, je l'ai écrit un peu à la va-vite, je l'avoue. Alors oui, il est sans doute caricatural (j'assume), peut-être prêchi-prêcha (j'assume aussi), mais "idiot", "inutile", "dénué de sens et de connaissances"... ça, Votre Honneur, je proteste! Parce que bon, je suis peut-être une jeune conne arrogante dénuée de bon sens, mais le sujet traité ici n'est pas pour autant si dénué d'intérêt que ça, n'en déplaise à tous les parfaits professionnels qui l'ont commenté. D'ailleurs, l'infantilisation des personnes âgées a déjà été traitée de nombreuses fois, c'est donc qu'il y a matière à y réfléchir non? En cherchant un peu, il y a plein d'articles disponibles un peu partout. Rassurez-vous, ils n'ont pas été écrits par des étudiants arrogants mais par des psychologues, des médecins, des aidants... Bref, des gens qui ne sont pas forcément des élèves arrogants et imbus d'eux-mêmes.
Comme je suis sympa, je vous mets quelques liens : 

http://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=JDP_256_0034

http://www.soignantenehpad.fr/pages/maltraitance/le-parler-pepe-et-meme-en-e-h-p-a-d.html

http://www.soignantenehpad.fr/pages/maltraitance/ou-commence-la-maltraitance.html

http://www.evolute.fr/relation-aide/infantilisation-personnes-agees 

5) Il y a un truc que j'aime bien, c'est la communication. Apprendre à donner un point de vue et à recevoir celui de l'autre. Apprendre à se parler sans s'agresser. Apprendre à écouter des arguments. Apprendre à s'informer aussi. S'il y a bien un métier où je trouve la communication essentielle, c'est celui de soignant. Parce qu'on travaille avec et pour d'autres. Parce qu'on s'enrichit de nos expériences. Parce qu'on essaie de progresser. Parce qu'on peut se tromper. Je suis sans doute une incorrigible naïve, mais je crois dur comme fer aux bienfaits du dialogue et de l'échange d'idées, dans le calme et le respect de chacun. Il ne me viendrait pas à l'esprit d'aller pourrir un(e) collègue parce que je ne suis pas d'accord avec ses idées. Mais bon... Je suis une incorrigible naïve.

6) J'écris sur ce blog depuis un petit moment. J'y raconte une expérience, la mienne, j'y parle de valeurs, les miennes. Je ne force personne à venir lire, je n'oblige personne à être d'accord avec ce que j'écris. C'est un espace de liberté, mon espace. Et quand je vois des collègues utiliser le parler pépé-mémé avec des résidents, je ne les prends pas dans un coin pour leur dire ma façon de penser. C'est leur façon de faire, leur façon d'être, ça ne me regarde pas. Par contre, si on aborde le sujet et qu'ils/elles me parlent d'une étude expliquant que c'est bénéfique, je pense que j'aurai la décence d'aller lire l'étude en question afin de confronter nos points de vue.

7) Je fais des erreurs, comme tout le monde. J'essaie, je me trompe, j'essaie autre chose. Parfois je me trompe encore. Je tâtonne, je cherche, j'apprends. Et j'espère apprendre pendant longtemps encore. J'espère n'avoir jamais de certitudes, laisser mon esprit ouvert à d'autres apprentissages, d'autres façons de faire. J'essaie de faire comme Socrate : en admettant que je ne sais pas, j'accepte d'apprendre. Alors que si je suis sûre de savoir, je dois d'abord désapprendre pour pouvoir apprendre à nouveau. Et si un jour je suis pétrie de certitudes, si j'estime que je n'ai de leçon à recevoir de personne, je ne manquerai pas d'aller le clamer sur les réseaux sociaux en incendiant les élèves et les débutants, ces morveux qui croient tout savoir mieux que tout le monde!
 
PS : je ne parle même pas des pseudo-références scientifiques qui justifieraient l'infantilisation, étant donné qu'aucune source n'était citée.

lundi 8 septembre 2014

Trois euros

Je suis aide-soignante en EHPAD. Je travaille avec des personnes âgées, très âgées. Je les aide à se lever, à marcher, à prendre leurs médicaments, à se laver, à s'habiller, à manger...
Tout en les aidant, je m'assure qu'elles ne risquent pas de tomber, de s'asphyxier, de faire une fausse route...
Tout en les aidant et en m'assurant qu'elles ne courent aucun danger, je les écoute, je leur parle avec douceur, je souris...
Tout en les aidant, en m'assurant qu'elles ne courent aucun danger et en veillant à leur bien-être moral, je pense à descendre les poubelles, à recharger les chariots de protections, à faire les transmissions...
Pour faire tout ça, j'ai un "plan de soins". Je sais où je dois être, à quelle heure et avec qui. Il faut que les soins rentrent dans des cases et qu'à la fin de mon service, toutes les cases soient cochées.
Toilettes ok.
Médicaments ok.
Chariots ok.
Lits ok.
Poubelles ok.
Repas ok.
Transmissions ok.
Service fini.
Parfois, des cases se rajoutent. Alors on tasse. On accélère, on fait un peu moins bien, on fera mieux demain. Ou pas.
Parfois, des cases disparaissent. Mais c'est plus rare, et ce n'est pas forcément bon signe.

Le matin, ce sont les toilettes. À sept heures, les aides-soignantes sont au taquet, top départ, c'est parti! La moyenne c'est vingt minutes par résident, parfois moins, rarement plus. Pendant ces vingt minutes, l'aide-soignante se consacre entièrement à une personne.
Pendant ces vingt minutes, elle doit lever, aider, laver, guider, écouter, brosser, habiller, chausser, coiffer, parfumer... cette personne.
Pendant ces vingt minutes, elle doit être souriante, patiente et rassurante.

Vingt minutes, au prorata du salaire de l'aide-soignante, ça représente à peu près trois euros.

Trois euros pour le sourire.
Trois euros pour la douceur.
Trois euros pour le soin.

Et vous, vous avez quoi pour trois euros?

dimanche 31 août 2014

Bravoooooo!

Imaginez : vous êtes un jeune parent, complètement fou d'amour et gagatisant pour votre enfant. Cet enfant, forcément, c'est le plus beau, le plus intelligent, le plus mignon, le plus gentil, bref, le plus tout! Aujourd'hui est un jour miraculeux qui vous emplit de joie car l'enfant, le chérubin, l'élu, a mangé TOUTE sa purée tout seul, comme un grand! Et vous, vous l'heureux parent qui avez engendré cette merveille de la nature, vous vous extasiez - à juste titre - devant cet exploit.
- Bravoooooo, dites-vous en tapant dans vos mains avec un sourire jusqu'aux oreilles.
Votre enfant, voyant votre enthousiasme débordant pour un truc somme toute assez banal (il a mangé sa purée), vous sourit en retour. Il sourit, vous souriez, la vie est merveilleuse.

Même enfant, même parent. Cette fois-ci l'enfant, le chérubin, l'élu, a fait caca dans son pot. Psychologiquement, c'est un grand jour : en pleine période du non, l'enfant cède, il "donne" son caca à ses parents et, en comprenant toute la symbolique de cet acte crucial, vous sautez de joie.
- Bravoooooo, dites-vous en agrémentant votre dernier statut Facebook d'une magnifique photo de l'étron divin.
Votre enfant, dépassé par ce qui vient de se jouer dans son pot, vous sourit en retour. Il sourit, vous souriez, la vie est fabuleuse.

Maintenant, imaginez ces deux scènes, à quelques détails près, avec non plus un enfant et un parent mais une personne âgée et un soignant. Relisez la scène à haute voix, en y mettant le ton. Même sur le "Bravoooooo". Surtout sur le "Bravoooooo". Vous sentez le malaise? Vous voyez toute l'infantilisation de la personne âgée qui a fini sa purée ce midi? Vous supportez le compliment odieux sur le caca lâché dans le montauban?

Monsieur M. a été torturé par la Gestapo, les soldats lui ont brisé les phalanges une par une.
Madame C. ne sait plus quand elle est née, ni où. Elle ne sait presque plus rien en fait. Et ça lui fait peur. Terriblement peur.
Monsieur V. a survécu à deux cancers.
Madame H. a perdu son fils et ses deux petits-enfants dans un accident de voiture. Elle ne s'en est jamais remise.

Ces gens, ils ont une histoire, des histoires. Ils ont aimé, souffert, donné la vie, vécu la maladie, et tant d'autres choses. Des choses merveilleuses et d'autres dramatiques. Des choses qu'on n'ose parfois même pas imaginer. Et aujourd'hui, au crépuscule de leur vie, il y a des soignants qui les félicitent niaisement parce qu'ils ont mangé toute leur purée. Ou parce qu'ils ont fait caca. Vous le sentez le paradoxe?

dimanche 25 mai 2014

Une question d'éthique #1

Dans notre métier, comme dans des tas d'autres, nous sommes confrontés à des choix. Certains sont simples :
- soupe ou omelette?
- change anatomique ou change complet?
- balai ou aspirateur?
- eau de javel ou vinaigre blanc?
Et il y en a d'autres, plus complexes, qui font appel aux lois, à l'éthique, au cadre. C'est de l'un de ces choix dont je voudrais vous parler.

Madame Tangue vit seule avec son chien. À première vue, c'est une dame tout à fait charmante, qui aime la compagnie et la conversation. Pour une raison que nous ne connaissons pas, elle est sous tutelle. Ses enfants vivent loin et viennent la voir pendant les vacances. Les auxiliaires interviennent chez elle tous les jours pour l'entretien de la maison, les courses et des promenades. Même le week-end. Oui, le week-end, nous intervenons pour faire des promenades. Madame Grandchef a sans doute estimé que c'était une nécessité vitale. Passons. Sur notre planning, les consignes sont les suivantes : "entretien du logement, courses, promenade. Attention, ne pas acheter d'alcool." OK, c'est noté.

La première fois que je vais chez Madame Tangue, celle-ci me demande d'aller faire des courses. Elle me tend une liste et, en la lisant, je me rends compte qu'elle y a marqué "deux bouteilles de vin".
Option un : lui expliquer que je ne peux pas prendre de vin. C'est délicat, je ne la connais pas, c'est vexant, elle risque de mal le prendre.
Option deux : aller faire les courses et "oublier" le vin.
Je suis lâche, je choisis l'option deux.
Je pars donc faire les courses et prends tout ce qu'il y a sur la liste, sauf le vin. Au retour, aucun commentaire de sa part. Ouf. En bonne auxiliaire fayote et consciencieuse (et surtout, en bonne auxiliaire qui rêve d'un CDI), je signale "l'incident" à Madame Grandchef, histoire de me couvrir au cas où.

La deuxième fois que je vais chez Madame Tangue, il faut aussi faire des courses. La liste est sensiblement la même que la dernière fois, et le vin y figure encore. Avant que je parte, Madame Tangue me fait remarquer que je ne l'avais pas pris la dernière fois. Oups.
Option un : lui dire que j'ai oublié. Sauf que je ne vais pas pouvoir oublier deux fois.
Option deux : lui dire que les auxiliaires n'ont pas le droit d'acheter de l'alcool, ce qui dans le cas présent est un demi-mensonge.
Option trois : lui dire la vérité, à savoir que nous avons interdiction de lui acheter de l'alcool.
Je suis lâche mais calculatrice, je choisis l'option deux. Stupeur de Madame Tangue. Les autres auxiliaires le font, elles! Et merde. Coincée.
Coincées, nous le sommes toutes deux. Elle veut quelque chose, je n'ai pas le droit de l'acheter. Madame Tangue, qui a oublié d'être bête, argumente : si je n'achète pas ce qu'elle me demande, une autre le fera. Et si personne ne le fait, elle changera de prestataire, tout simplement. C'est imparable. J'écoute sa version et lui propose la mienne : si je n'achète pas le vin, j'obéis à ma supérieure et aux consignes données par son tuteur. Si j'achète le vin, je désobéis et cours le risque d'une sanction. Nous sommes dans une impasse. Finalement, Madame Tangue barre les bouteilles de la liste et je pars faire les courses. En bonne auxiliaire pas si fayote que ça quand même, je ne signale pas l'incident à Madame Grandchef, j'ai pas trop envie d'une guerre des tranchées entre collègues, et encore moins d'une remontrance collective.

La troisième fois que je vais chez Madame Tangue, celle-ci est habillée pour sortir, liste de courses en main. Bon, je sens que ça va être compliqué. Direction le grand magasin, celui où l'on trouve de tout : viande, légumes, fromage, gâteaux... et vin. Madame Tangue glisse deux bouteilles dans le caddie, comme ça, l'air de rien.
Option un : retirer le vin du caddie et lui redire que je n'ai pas le droit d'acheter de l'alcool. Hum, pas très envie d'une altercation en plein magasin, ça serait limite.
Option deux : retirer les bouteilles à son insu, discrètement. Pas très courageux, et risque d'altercation à la caisse.
Option trois : lui redire que je n'ai pas le droit et aviser selon sa réaction.
Option quatre : faire comme si je n'avais rien vu.
Je suis lâche mais pas tant que ça, je choisis l'option trois. Réponse de Madame Tangue :
"Vous n'avez pas le droit d'acheter de l'alcool, mais moi j'ai le droit, aucune loi ne me l'interdit." Logique. Et imparable. Je m'incline. En bonne auxiliaire concernée par les problèmes d'addiction, j'informe Madame Grandchef de l'incident. Haussement de sourcils et réponse de l'intéressée :
"De toute façon, si elle veut vraiment du vin, elle arrivera toujours à s'en procurer. Et si nous refusons de l'acheter, elle s'adressera à un autre prestataire et on aura perdu une cliente."
Logique, et imparable.Madame Tangue garde son vin, nous gardons une cliente.

In vine veritas.

vendredi 9 mai 2014

Burn out

Témoignage de Carole, auxiliaire de vie (avec son aimable autorisation)

Bonjour à toutes et à tous, je voudrais vous faire part de ma situation car je pense que ça peut aussi vous arriver et je ne la souhaite à personne...
Je vais essayer de faire court mais n'hésitez pas à me poser des questions si besoin...
Voilà, je suis auxiliaire de vie depuis 13 ans, j'ai commencé à la fin de ma scolarisation. C'est un beau métier, je me suis donnée à fond de chez à fond pendant toutes ces années, entre-temps j'ai eu deux enfants, donc beaucoup de boulot. Je prenais sur moi sur mes longues journées car il faut énormément de patience avec les personnes et sans me vanter j'assurais grave, que ce soit auprès du bureau pour être autant présente que possible qu'auprès des personnes aidées. Quand je rentrais chez moi j'étais lessivée et il fallait assumer la fin de journée auprès de ma famille mais j'étais tendue.
Jusqu'au 1er décembre où j ai commencé à faire des crises de tétanie... mon corps m'a dit stop... Je suis en plein BURN OUT...
Étant en arrêt j'ai donc pris du recul et je fais souvent des cauchemars sur mes bénéficiaires (je les agresse, les mords à la gorge (mdr) etc...). Je ressens tout le stress que j'avais quand j'étais auprès d'eux multiplié par deux... Quand je croise n'importe quelle personne dans la rue je  me crispe. Je ne me sens plus capable d'assurer mon poste. Je pense m'être trop investie dans mon boulot sans prendre assez de recul et arrive à saturation. Je suis encore sous anxiolytiques et antidépresseurs.
Il faut apprendre à se préserver et ne pas dire OUI à tout . SVP faites attention à vous. Je pense que le métier est a revoir, quand il y a des renouvellements d'heures, les assistantes sociales feraient mieux de demander votre avis avant d'aller chez les personnes, c'est facile, elles disent qu'elles ne peuvent plus rien faire, en rajoutent et vous, vous trinquez derrière à vous taper du ménage à gogo!!! Vous n'êtes pas des BONNICHES vous êtes la pour faire du maintien à domicile... Il faut faire bouger tout ça !!!! Désolée pour la longueur du texte!!!!

mercredi 7 mai 2014

Monsieur Bitàlair (5)


Résumé de l'épisode précédent
Babeth, l'auxiliaire à couettes, doit faire "l'entretien du logement et l'aide à la toilette" chez Monsieur Bitàlair. La maison est plutôt délabrée, le bénéficiaire aussi, Babeth est sur le point de renoncer...
À la fin de l'épisode précédent, Monsieur Bitàlair est tranquillement assis dans sa cuisine, crachant presque voluptueusement sa fumée de clope à la figure de cette bonne à rien envoyée par la mairie (moi), tandis que cette dernière refoule silencieusement sa colère (pardon, sa haine) derrière un masque qu'elle veut impavide (et ouais, t'as vu ça un peu comme ça en jette quand une auxiliaire de vie te raconte la scène!).



Je suis donc là, face à ce type qui ne bouge pas. Lui assis, moi debout. Lui, avec ce calme arrogant de celui qui a tout son temps et moi, avec cette colère sourde de celle qui n'en peut plus. Lui, vieux, malade. Moi, moins vieille, enceinte. Oui, enceinte. Parce que c'est tellement plus drôle d'envoyer les femmes enceintes chez les fumeurs alcooliques violents. Parce que Madame Grandchef, c'est pas trop son problème tout ça. Parce qu'on fait pas le ménage avec notre utérus après tout !
La journée a été longue et j'ai hâte de rentrer chez moi. J'accélère le mouvement. Il ne veut pas bouger ? Pas grave. C'est moi qui vais bouger. Je m'approche. Il lève les yeux. Je me rapproche. Il me regarde. Je suis près de lui. Il ouvre la bouche. Je suis tout près. Il gueule.
« - Qu'est-ce tu veux encore ? Dégage !
- Je vais vous aider à enlever vos vêtements Monsieur Bitàlair. Je commence par le haut »
Sans lui demander son avis, je passe derrière lui et commence à retirer son t-shirt. Il résiste un peu, j'insiste un peu. Finalement, il capitule. Si on m'avait dit qu'un jour j'obligerais un homme à se déshabiller !
Je continue. Pantalon, slip, chaussettes. Je vous épargne la description des vêtements imprégnés d'urine et de selles, je mettrai les nausées sur le compte de la grossesse !
Monsieur Bitàlair est nu, face à moi (je sens comme une tension sexuelle dans cette phrase, non?)
Cet homme qui nous insulte, qui nous méprise, qui a fait fuir les infirmières libérales et pleurer certaines de mes collègues, se tient là, face à moi, dans son simple appareil et, à ce moment précis, n'a plus rien de redoutable. Ce n'est qu'un amas de chair et de peau et, au creux de cette chair, quelques organes, en plus ou moins bon état. Ce n'est qu'un homme.
La tâche me semble soudain d'une simplicité foudroyante. Je dois laver cet homme et cette maison, rien de plus. Je dois finir mon heure, remplir le cahier de liaison et faire signer ma feuille de présence. Quand j'aurai fini, je rentrerai chez moi, je retrouverai ma maison propre et ma famille normale. Lui restera ici, au milieu de sa crasse et de sa haine. Demain, tout recommencera. Une auxiliaire viendra frapper à sa porte, il l'insultera, elle fera quand même son boulot. Qu'importent ses insultes, sa crasse et son mépris. Qu'importent notre fatigue, notre colère et notre peur. On a un boulot, on le fait, et si ça ne nous plaît pas, libre à nous de postuler ailleurs.
Aujourd'hui, c'est moi, Babeth, 34 ans (à l'époque) enceinte.
Hier c'était Amandine, 19 ans et jolie comme un coeur.
Avant-hier c'était Martine, 50 ans et pas très envie de jouer.
Et demain? Peut-être Julie, 25 ans, enceinte elle-aussi?
Peut-être Sonia, 42 ans, débutante?
En tout cas, certainement pas Madame Grandchef! Pas elle, non, avec son joli petit tailleur et ses talons aiguilles. Pas elle, avec son brushing impeccable et sa voiture de fonction. Pas elle, avec son regard froid et sa voix trop posée. Et d'ailleurs, que ferait-elle, elle, la grande dame, face à ce corps nu? Comment s'y prendrait-elle pour le faire aller de la cuisine à la douche? Comment supporterait-elle la fumée et l'odeur? Comment garderait-elle son calme dans cette situation?
Il faudra que je lui demande un jour. Mais pas maintenant. D'abord, il faut que je lave Monsieur Bitàlair.


À suivre...